Helene Kröller-Müller et les têtes couronnées

Helene Kröller-Müller se servit de la fortune de son père Wilhelm Müller, des résultats financiers de l’entreprise gérée par son mari Anton Kröller, des conseils artistiques de H.P. Bremmer, de l’amitié de Sam van Deventer, de la créativité ses architectes dont Mies van de Rohe et Henri van de Velde, pour acquérir pendant trente-trois ans, plus de 11000 tableaux, dessins, sculptures et objets d’art qu’elle exposa dans le musée que l’État Néerlandais fit construire dans ce qui fut leur domaine familial, le parc de la Hoge Veluwe, une exigence qu’elle obtint lorsqu’elle légua sa collection pour en éviter l’éparpillement après la faillite de l’entreprise familiale.
Voila en version haïku l’histoire du musée Kröller-Müller que nous visitons par une journée ensoleillée de printemps.

Notre intérêt particulier va à la rétrospective de Jan Fabre dont les oeuvres sont en partie exposées dans le parc. Nous retrouvons avec plaisir les têtes en bronze que nous avions eu l’occasion s’admirer dans la galerie de Guy Pieters, rue Matignon à Paris en 2010.

Le court métrage qui retrace l’histoire de la fondatrice et du musée aiguise notre curiosité et en fin de journée, une demi-heure avant la fermeture du parc nous partons à la recherche de la tombe d’Helene, de son mari Anton et de l’ami particulier Sam van Deventer. Nous parcourons le sentier de la colline Française qui ceinture le parc où les tombes sont sensées se trouver mais nous rentrons bredouille car un des gardes qui à bicyclette aiguille les derniers visiteurs vers la sortie nous explique qu’elles sont grillagées et non accessibles au public.

Le lendemain nous partons pour Apeldoorn, visiter le Palais Het Loo, l’ancienne résidence de la famille royale d’Orange.
Le palais préféré du roi Guillaume III et de la reine Wilhelmine est ouvert au public depuis que leurs descendants l’ont troqué pour des demeures plus contemporaines et plus confortables. L’endroit est très plaisant et à part un bus de Danois et quelques américains bedonnants, il peu de visiteurs en ce début de saison.
J’ai un faible pour la verdure naissante du parc et pour l’architecture des anciennes écuries.

Vers midi nous reprenons la route et je programme mon GPS pour l’itinéraire le plus court et sans autoroutes du Palais Het Loo vers la Maison Doorn.
Nous longeons la forêt vallonnée « de Utrechtse Heuvelrug » et sur la route de Doorn,
nous traversons Barneveld, Scherpenzeel et Woudenberg.

En 1920 l’ex-empereur Guillaume II, déchut et expulsé, acheta la ‘Huis Doorn’ à madame de Beaufort, la veuve du baron van Heemstra, grand-mère de l’actrice Audrey Hepburn laquelle vit le jour au 48, rue Keyenveld à Bruxelles.

Le château se visite accompagné de guides enthousiastes et érudits.
Le nôtre attira l’attention sur le siège ergonomique en forme de selle de cheval que l’ex-empereur utilisait pour écrire sur son pupitre car il lui donnait l’illusion du pouvoir qu’avaient les cavaliers sur la piétaille.

20110422-111209.jpg

20110422-111228.jpg

20110422-111307.jpg

20110422-111405.jpg

20110422-111437.jpg

20110422-111511.jpg

20110422-111603.jpg

20110422-111707.jpg

20110422-111819.jpg

20110422-111846.jpg

20110422-111917.jpg

Cet article, publié dans Exposition, Musées, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Helene Kröller-Müller et les têtes couronnées

  1. immobilier dit :

    sensationnelle article, merci beaucoup.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.