Spandau et les industries

Spandau est situé au confluant du Havel et du Spree, les deux rivières de Berlin.

Nous quittons Oranienburg et la ‘Pur Natur’ pour rejoindre le Havel et nous amarrer vers midi au pied de la citadelle dans la marina Wasserfreunde 04.

Ce soir le groupe rock-pop Erasure que nous ne connaissons pas car notre ignorance des groupes pop actuels est sans limites, se produit dans l’enceinte de la citadelle.

Au vu de nos yeux toujours intéressés, l’employé du centre d’information sort un épais dossier et nous fait l’article des concerts programmés cet été en précisant que toutes les places sont vendues, l’endroit est très populaire, merci monsieur.
Sur sa liste, nous reconnaissons quand même Paul Simon, Marianne Faithfull, Nigel Kennedy et Scala & Kolacny Brothers.

Au printemps 1945, l’armée Russe encercla Berlin et la reddition de la citadelle fut négociée sans un coup de feu. Les armes se turent mais un grand nombre de soldats et de civils Allemands tentèrent de fuir vers l’Ouest en passant la Charlottenbrücke.
Malgré leur violent acharnement la « Marsch in die Freiheit » fut arrêtée 24 heures plus tard à Staaken, au confins de Spandau.
En août 1945, la ville et sa citadelle tombèrent entre les mains des Anglais.
par un échange de terrains dont les Soviétique avait besoin pour construire l’aéroport de Gatow.

L’origine industrielle de la ville remonte au Roi de Prusse Frédéric Guillaume I qui en 1722 fonda à Spandau une usine de fusils. Dans la foulée, au 19e siècle, on vit naître ici un laboratoire de feu d’artifice, une usine de poudre, une fonderie de canons, un atelier d’artillerie et des usines de cartouches et munitions.
Ces usines de matériel de guerre furent très utiles pendant la deuxième mondiale et comme toujours, les Ariens partirent pour les fronts et les travailleurs forcés furent amenés à Spandau et logés dans 40 ‘Fremdarbeiterlager’ répartis autour de la ville.
Du ciel, les Alliés détruisirent les usines et la ville. Au sol, les Soviétiques achevèrent le travail.

L’archéologie industrielle est un nos dadas et à l’office du tourisme nous trouvons 5 brochures avec des promenades fléchées au travers des terrains industriels anciens et existants.

Sur l’île Eisenwerder, que nous apercevons du Chat Lune, les ateliers de productions du laboratoire de feu d’artifice sont toujours debout.
En 1949, le producteur de cinéma Arthur Brauner acheta les terrains de l’île et il y créa la CCC (Central-Cinema-Company) (ne pas confondre avec l’organisation de Pierre Carette) et y tourna entre autre le ‘Brave Soldat Schweijk’ avec Heinz Rühman.

20110627-093949.jpg20110627-094226.jpg20110627-094256.jpg20110627-094318.jpg20110627-094347.jpg20110627-094409.jpg20110627-094629.jpg20110627-094718.jpg20110627-094753.jpg20110627-094932.jpg20110627-095001.jpg20110627-095031.jpg20110627-095057.jpg20110627-095129.jpg

20110627-095302.jpg

20110627-095331.jpg

20110627-095738.jpg

Cet article, publié dans Exploration, Musique, Navigation, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.