Berlin, la tombe de Theodor Fontane et les dessins de Heinrich Zille

Devenu depuis peu un de nos écrivains favoris, nous voulons nous recueillir sur la tombe de Theodor Fontane.
Ils partage avec son épouse Emilie, une sépulture modeste dans le ‘Friedhof II der Französisch-Reformierten Gemeinde’ situé du côté sud de la Liesenstrasse. Ce cimetière est juxtaposé au ‘Domfriedhof der St.-Hedwigs-Gemeinde’.
Le ‘mur’ longeait la Liesenstrasse et un grand nombre de tombes des deux cimetières furent détruites pour établir la ‘Todesstreifen’, la zone neutre qui fut établie le long de la séparation.
Aujourd’hui, une simple plaque commémorative énumère les noms de ceux dont la sépulture fut détruite en 1961.
Devant la tombe des Fontane se trouve celle de Leopold Alexander Friedrich Arends, l’inventeur d’un des systèmes d’écriture sténographique.

De l’autre côté de la rue se trouve un troisième cimetière, le ‘Dorotheenstädtischer Friedhof II’.
Comme toujours nous découvrons des monuments funéraires et des statues qui mériteraient d’être mentionnés dans les guides artistiques de la ville; mais les touristes n’aiment pas côtoyer les morts.

La Liesenstrasse est surplombée par deux ponts en fer construits à la fin du 19e siècle. Tous deux sont des monuments classés. Le pont à l’ouest a été remis en état et il est sert les lignes S1, S2 et S25.

Notre promenade terminée, nous nous rendons à la cantine de la Rote Rathaus car aujourd’hui on sert le traditionnel ‘Eisbein mit Sauerkraut und Salzkartoffeln’ un de nos repas favoris. Le chef de l’endroit confectionne ce plat une fois par mois et nous suivons scrupuleusement les menus hebdomadaires, pour être certain de ne pas le rater.
Nous ne sommes pas déçus.

Dans le Nicolai-Viertel, un vieux quartier de Berlin, au sud-ouest et à quelques centaines de mètres de la Rote Rathaus se trouve un petit musée consacré au photographe et illustrateur Berlinois Heinrich Rudolf Zille.

Son enfance se déroule dans la misère noire. Très jeune il se met au dessin. Il consacre le peu d’argent qu’il récolte en faisant mille et un petits métiers à l’achat de crayons et papier. Son talent est reconnu et il suit une instruction artistique auprès de Theodor Hosemann à
‘Königlichen Kunstschule’ de Berlin. Après son service militaire en 1880 il apprend la technique de la photographie et tout au long de sa carrière il combine le graphisme et la photo.
Au début du vingtième siècle il se lie d’amitié avec Max Liebermann et il joint la ‘Berliner Sezession’ un important groupe artistique Berlinois.
Il dessine des caricatures humoristiques et mordantes, illustrant le milieu dont il est issu :’Mein Milljôh’. Les enfants et les femmes sont ses thèmes favoris.
Il travaille pour des journaux, des revues et des agences publicitaires et il cumule dessins et photographie.
Le musée dans la Probstrasse projette un film en noir en blanc qui retrace sa vie, à ne pas rater.

Nous rentrons à Potsdam avec le S7 car les trains semblent toujours souffrir des travaux de la semaine dernière.

PS. Pour les amateurs de cimetières, j’ai ouvert un nouveau blog (en néerlandais) dont le lien est:
http://grafzerken.wordpress.com

20110907-072346.jpg20110907-072405.jpg20110907-072509.jpg20110907-072539.jpg20110907-072600.jpg20110907-072635.jpg20110907-072646.jpg20110907-072659.jpg

20110907-072744.jpg

20110907-072809.jpg

20110907-072821.jpg

20110907-072842.jpg

20110907-072855.jpg

20110907-072904.jpg

20110907-072916.jpg

Cet article, publié dans Berlin, Exploration, La mort, Potsdam, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Berlin, la tombe de Theodor Fontane et les dessins de Heinrich Zille

  1. Boudet dit :

    Bonjour,
    j’ai écrit récemment un petit article sur Theodor Fontane, que j’ai découvert grâce à mon amie allemande et surtout, par le biais d’un petit livre de souvenirs de jeunesse.
    Merci pour vos photos que je découvre à l’instant,
    cordialement,

    marc

    • duquelu dit :

      Bonjour Marc,
      Merci pour votre commentaire. Je vais lire votre article. A propos, connaissez-vous Frank Goyke, un romancier Allemand qui a publié 3 ‘Krimis’ avec Theodor Fontane comme détective amateur. Le premier s’intitule ‘Altweibsommer’ (Theodor Fontanes erster Fall). Non seulement plaisant à lire mais aussi intéressant car l’auteur a su recréer la vie à Berlin à la fin du 19e siècle.
      @+M

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.