Carnet de Bord # 24 – De Mâcon à Lyon – Trévoux et Confluence

imageDe la canicule le Robert dit: Période de grande chaleur, du latin, de canis → chien; de la constellation du Chien où l’étoile Sirius se lève avec le Soleil du 22 juillet au 23 août.

L’OBS de jeudi dernier publie un graphique des étés le plus caniculaires depuis 1947, voir ci-dessous. Au premier coup d’œil je ne vois pas de corrélation entre la durée, la fréquence et la température moyenne. Le record appartient à celle de 2003, où les 30 stations de la France métropolitaine ont noté pendant 18 jours, du 2 au 19 août, une température moyenne de 29,3C.
Attendons la fin de celle-ci pour voir si le record sera battu.

image

À l’exception de Jean L. qui sur FB nous embête avec ses commentaires de 18°C et les vrais pulls Islandais, la majorité de nos amis transpirent et ont sorti leur clim portable du grenier où l’engin reposait depuis la canicule de juillet 2013, selon l’OBS.

Le Chat Lune n’a pas la clim, pour nous rafraîchir, nous bénéficions de la proximité de l’eau toute proche dont la température est de 27 °C. En plus de cela, la vallée de la Saône et du Rhône sont des conduites d’air et en journée un vent de force 7 évapore notre sueur.
Fin de commentaires sur la chaleur de l’été.

En descendant la Saône de Mâcon à Lyon, nous faisons halte à Trévoux.

Micro flash historique:
Avec la Saône comme frontière entre le Royaume de France et le Saint-Empire Romain Germanique, la ville, également la capitale des Dombes, s’enrichit.

Micro flash d’intérêt personnel:
Dans la foulée de notre parcours des apothicaireries commencé l’année dernière, nous découvrons dans la Médiathèque de Trévoux, pas loin de la halte fluviale, la reconstruction de celle de l’Hôpital Montpensier crée en 1686 pour la Souveraineté de Dombes.

image

image

 

image

Jeudi le 2 juillet en fin de matinée, nous frappons nos amarres aux pontons du port de plaisance de Lyon Confluence. Situé dans une ancienne darse industrielle, le port est flanqué au nord d’une série d’appartements construits dans le style architectural ‘containers’ et au sud d’un centre commercial à l’américaine. À une unité près, les appartements sont tous occupés, achetés et/ou loués. Le centre commercial comporté trois niveaux, on y trouve les marques traditionnelles de ce genre d’endroit, les Zara, Adidas, NewYorker, Jef de Bruges, Paul, MacDonald et les autres. Un supermarché Carrefour et un complexe multisalles UGC complètent l’ensemble.
Le rêve du plaisancier qui recherche les soldes d’été, un point d’avitaillement à une distance ‘caddy’ et un endroit frais pour passer une après-midi à savourer le dernier film des frères Podalydès, ‘Comme une Avion’, ce que nous fîmes.
Petite touche romantique, une navette fluviale baptisée Vaporetto fait toutes les heures le trajet entre le port de Confluence et le pont Saint-Paul au cœur de la vielle ville de Lyon.

image

image

L’aspect négatif, en ce qui nous concerne, est que les esplanades et les quais de la Saône tout proches, sont propices à l’organisation de manifestations culturelles et festives, lisez ‘bruyantes’.
L’année dernière, nous étions ici en juin, nous avons eu droit à la ‘Fête aux Cerises’. Le podium installé en face de notre endroit d’amarrage avait orienté 9 enceintes acoustiques en direction de la dunette du Chat Lune.
La chambre d’hôtel que nous avions réservée en ville le jour de la soirée musicale était fraîche et calme et nous avons bien dormi, merci.

image

Lyon est le point le plus au sud de notre croisière 2015. Nous y venons parce que nous aimons la ville, parce que le musée de la Confluence vient de s’ouvrir en décembre dernier et enfin parce que notre amie Benoîte y habite et que c’est un plaisir de la revoir.

Si cliquez Lyon sur mon blog vous trouverez la description de nos explorations touristiques de 2014.
Ayant tout vu ou presque, on se sent libre de toute contrainte exploratoire.
Mais comme on est pas du genre à rester assis très longtemps, nous partons découvrir le musée de l’imprimerie et Marleen va revoir le musée des Tissus, déjà vu en 2014, mais il mérite la répétition.

Et bien entendu, comme je l’ai signalé plus haut, nous allons à la reconnaissance du musée de la Confluence.
Pour la petite histoire, sachez que sa réalisation a connu quelques déboires, dont dix ans de retard sur le planning et le dépassement de 5 fois le budget initialement prévu.

image

image

Cet article, publié dans église, Château, Exploration, Exposition, Linssen Dutch Sturdy 320, Musées, Navigation, Réflexion, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.