Churchill, Stalin et Truman

Dans la villa où logea le président Truman une quinzaine de jours pendant les négociation de la conférence de Potsdam, le propriétaire avait 2 chèvres qu’il avait qui baptisé Winston et Harry. Elles mangèrent deux des trois ginkgos qu’il avait planté dans le jardin en souvenir d’Hiroshima. L’Histoire veut que c’est dans cette villa que la décision fut prise d’utiliser les bombes atomiques pour mettre fin à la guerre avec le Japon. En face de l’habitation, de l’autre côté de la rue, une espèce de grand menhir noir couché dans l’herbe rappelle la catastrophe.

Nous suivons un guide à la voix de stentor qui nous relate maison après maison, les anecdotes liées aux villas de la « Villenkolonie Neu Babelsberg ».
Cette partie de la ville fut colonisée à la fin du 19e siècle par de riches Berlinois, en grande partie d’origine juive. Elle est située le long de la Griebnitzsee, à 4 km des studios de Babelsberg, le pendant Allemand de Hollywood.
Fritz Frost, notre guide a travaillé dans ces studios et il est intarissable sur la vie intime des stars, de Marlène Dietrich à Heinz Rühmann, pour en citer deux que nous connaissons. Ces belles dames et ces beaux messieurs ont tous vécus, été logés et ont festoyé dans cette belle partie de Potsdam.

Au fil de l’histoire du siècle dernier, beaucoup de domaines ont changé de main, des propriétaires juifs aux pontes du nazisme, suivis par les dignitaires de la DDR et ensuite retour aux proclamés possesseurs originaux. Ce vas-et-vient ne s’est pas passé sans peine, les expropriations douloureuses du départ ont été remplacées par des juteux combats juridiques dont certains courent encore.

Trois de ces grandes demeures ont logés Truman, Churchill et Stalin lors des négociations qui ont aboutis au traité de Potsdam et au partage de l’Europe entre la Russie, les USA, l’Angleterre et la France le 2 août 1945. Il faut rappeler que Stalin avait comme atout majeur sa puissante armée qui occupait Berlin et Truman dans sa manche le non moins puissant atout de la bombe nucléaire qu’il venait de faire éclater 2 jours plus tôt sur le Japon. On lit que l’ambiance était bonne si pas bon enfant, mais tout se solda néanmoins rapidement par 45 ans de guerre froide.

Une des dernières villas que nous pointe Fritz est celle ayant appartenu à Eta von Tresckow. C’est ici que Claus von Stauffenberg se réunit avec les autres membres du complot pour discuter et préparer l’attentat contre Hitler.

Avant de nous quitter, Fritz souligne que Potsdam est une ville historique beaucoup plus importante que Berlin, on commence à s’en rendre compte.

Cet article, publié dans Potsdam, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.