Spandau et les mécontents

Aux Olympiades de 1936, dans le stade près de Spandau, le noir Américain Jesse Owens courut plus vite que les Ariens, Hitler n’était pas content.
Le projet de la cité radieuse de Berlin prévu près de Spandau fut dénaturé et Le Corbusier n’était pas content.
En pleine deuxième guerre mondiale, le dauphin d’Hitler Rudolf Hess, pris l’avion pour l’Ecosse et il essaya derrière le dos de son chef, de négocier la fin des hostilités.
Les Alliés ne le crurent pas, il fut emprisonné et au procès de Nuremberg, on le condamna à passer le reste de ses jours dans la forteresse de Spandau. Il n’était pas content et il se pendit dans sa cellule en 1987.
Aujourd’hui le temps est comme il aurait du être si le mois de septembre avait été un mois normal, beau et chaud, nous visitons Spandau et les environs.
Le stade Olympique fut rénové en 2004 mais l’extérieur garde l’aspect que Werner March lui avait donné en 1936. L’architecte a réalisé un ensemble impressionnant, sobre et harmonieux. La photo ci-dessous montre Hitler et Hess lors de l’ouverture des jeux olympique de 1936.
Situé dans un grand parc ombragé, l’immeuble du Corbusier est propre et bien entretenu. L’extérieur des duplex est peint de couleurs vives, ce qui fit râler l’architecte qui prônait l’utilisation du béton brut.
Plus tard en ville, en attendant que la Nikolaï Kirche re-ouvre sa portes aux touristes, nous prenons un lunch sur une terrasse de la Carl Schurz Straße. Nous avons constaté que plusieurs églises organisent à midi, tous les jours de la semaine sauf le dimanche, un bref service de dix minutes à un quart d’heure. Un moment de méditation, un court sermon, le tout sur fond d’orgue. Comme dit Marleen, c’est du bon marketing, dans un bel endroit à la mi-journée, on se détend les jambes, on écoute une histoire et on savoure un brin de musique.
La Citadelle est occupée par des figurants habillés en manants moyenâgeux chaussés de baskets. L’occupant aujourd’hui est une ‘Burgfest’ avec un marché historique, des cracheurs de feu et autres spectacles historiques, on passe et on rentre à Potsdam.

Cet article, publié dans Berlin, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.