Potsdam et ses Hinterhöfe

À Potsdam, les murs de la ville furent construits pour éviter que ne s’échappent les grenadiers du Roi. La plupart étaient enrôlés de force.

Avec les trente autres intéressés, nous suivons le guide du syndicat d’initiative sur le parcours qu’il inscrit en cercles concentriques, d’une rue à l’autre en passant par les cours intérieures.

Aujourd’hui, pas de train pour Berlin, car ce matin il ne pleut pas encore, mais ça va venir.

Le Roi Soldat Frédérique Guillaume I fit de Potsdam une ville garnison. Cela contribua à augmenter considérablement le nombre d’habitants et la cité grandit.
Son fils, Frédérique II, dit le Grand, en fit sa ville de résidence et on lui doit la configuration en carré, les rues pavées et les places publiques. Il voulut que l’aspect de Potsdam égale celle de son château Sanssouci et commandita son architecte préféré von Knobelsdorff, à y introduire les styles architecturaux en vogue dans les capitales de l’Europe du 18e siècle.
Les bourgeois et les nobles qui n’avaient pas les moyens de se payer un maison, s’en virent offrir une par l’empereur qui les avait fait construire et souhaitait les voir occupées.

Les espaces ouverts situés au centre des pâtés de maisons s’appellent les ‘Hinterhöfe’ ou ‘cours arrières’. Au 18e et au 19e siècle ces cours comprenaient les toilettes des maisons, des potagers, des usines et des ateliers divers.
Au fil du temps, les WC furent intégrés dans les habitations, les brasseries fermèrent leur porte et on commença à construire dans ces cours, des habitations accolées aux maisons en front de rue.

Potsdam ne fut pas épargnée par la deuxième guerre mondiale et ensuite, la DDR par son manque de moyens négligea l’entretien des habitations et des bâtiments publics.
Après la chute du mur, l’argent afflua vers Potsdam et la ville fut rapidement restaurée dans son ancienne gloire.
Les régles de rénovation ne sont pas draconiennes et certaines maisons illustrent l’histoire de leur construction en rénovant leur façade avec et sans le crépis sur la structure du colombage.
Les Hinterhöfe ne furent pas oubliés et la ville géra leur évolution d’un oeil bienveillant.
À l’intérieur des cours on peut voir des structures métalliques s’ériger en harmonie avec du colombage et des balcons en bois.

La visite se termine un peu après 13:00, le timing est excellent, il se met immédiatement à pleuvoir des cordes.

Cet article, publié dans Potsdam, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.