Des bleuets pour Louise et les chars soviétiques

La défaite de Iena en 1807 contraignit la Reine Louise de Prusse à fuir avec ses enfants. La rupture d’un axe du carrosse interrompit le voyage et la légende veut que pour distraire son fils Guillaume, Louise confectionna une couronne de bleuets.
Soixante et des années plus tard, le 19 juillet 1870, avant de partir en guerre, le Roi de Prusse Guillaume I s’agenouilla devant le sarcophage de sa mère et y posa une gerbe de bleuets.
Le 2 septembre 1870, Napoléon III fut vaincu et fait prisonnier à Sedan avec 100.000 soldats de son armée. Un an plus tard à Versailles, Guillaume I fut sacré Empereur d’Allemagne.

Ces deux événements sont commémorés par la ‘Siegessäule’, une colonne dressée au centre de la ‘Grosse Stern’ dans le ‘Tiergarten’.
La rotonde est ornée d’une mosaïque qui retrace l’histoire de l’unité allemande.
On y voit Guillaume I enfant, couronné de bleuets.

Nous aurions aussi bien voulu les voir ces bleuets, mais la colonne, son soubassement, et les mosaïques sont en réfection. L’ensemble du monument est barricadé, bardé d’échafaudages et entouré d’une toile peinte en trompe-l’œil qui représente ce que nous étions venu admirer.

Plus loin dans le Tiergarten, le long de la rue du 17 juin, ce trouve le deuxième important monument commémorant les 300.000 soldats soviétiques qui périrent pendant la conquête de Berlin en 1945. Un imposant piédestal en marbre supporte la grande statue en bronze d’un soldat. En contrebas trônent les deux premiers chars soviétiques T 34 à être entrés dans Berlin en avril 1945.

Le mémorial est en réfection et entouré de barricades qui en interdissent l’accès et la vue. Nous essayons d’y accéder par la sortie de secours pour pompiers, mais la grille est bouclée.

Il est ironique de constater que le nom de la rue réfère à l’insurrection populaire qui éclata à Berlin-Est et dans le reste de la République démocratique allemande, le 17 juin 1953.
Appelée en renfort par le gouvernement de l’Est, l’armée soviétique, chars à l’appui, tira et tua une cinquantaine de manifestants civils.

Malgré le soleil qui a refait son apparition pour la première fois depuis plus d’une semaine, il fait trop froid pour terminer la journée sur le pont arrière du Chat Lune.

Cet article, publié dans Berlin, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Des bleuets pour Louise et les chars soviétiques

  1. ablachair dit :

    Sur l’anecdote de Guillaume Ier déposant des bleuets sur le tombeau de sa mère, connaissez vous le tableau d’Anton von Werner dont le titre est le 19 juillet 1870 :
    http://www.zeno.org/Kunstwerke/B/Werner,+Anton+von%3A+Am+19.+Juli+1870

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.