Le Contemporain, Dürer et Van Eyck

Je suis un contemporain et j’aime l’art du même nom.

Aujourd’hui, dans l’oeil du cyclone de fin d’année, après les bougies, les boules rouges, les arbres coupés et les cadeaux reçus et distribués et avant les feux d’artifices du 31, nous décidâmes d’aller voir à  Bruges, l’exposition ‘Van Eyck à Dürer’.

Ma mère aurait dit ‘que de bondieuseries’ et en effet, le Primitifs Flamands n’ont d’oeil que pour les scènes religieuses. Le Groeningemuseum  est un endroit d’exposition sinistre, les plafonds sont gris, les murs sont gris, la lumière naturelle est grise et l’éclairage artificiel date des années cinquante, avant l’invention des spots chatoyant.

Nous adorons les petites statuettes d’Adam et Eve de Conrad Meit ainsi que les esquisses de Saint-Christophe et le lion de mer par Dürer.

Et Van Eyck et les autres dans tout ça? De très bons peintres flamands du 15e siècle.

Dans la foulée et dans la foule des touristes qui arpentent les rues de la ville morte en dépit d’un crachin glacial, nous poursuivîmes notre journée culturelle par le ‘point de vue’ de Luc Tuymans sur l’Europe centrale.

Les oeuvres choisies sont exposées dans 5 endroits différents de la ville, entre autre dans les halles du beffroi et au séminaire épiscopal.

Les voûtes de chêne des halles sont une merveille architecturale, les peintres Flamands s’y seraient sentis à l’aise.

Les bâtiments et volumes choisis par Tuymans pour cette exposition sont majestueux. La continuité de l’exposition est soulignée par de larges constructions en contre plaqué clair qui servent comme supports aux oeuvres. Dans le séminaire épiscopal ce sont des panneaux placés en parallèle aux murs existants, dans les halles du beffroi, un alignement de volumineuses boîtes forment des salles dans les salles.

On y projette un ravissant dessin animé de Takashi Murakami, intitulé KaiKai Kiki, ‘Planting the Seeds’. La présence de ce japonais parmi les artistes de l’Est surprend mais le contraste est un des attraits de l’art contemporain.

Un des mur du cinquième étage des couloirs d’accès du ‘Concertgebouw’ au ‘t Zand recèle une oeuvre amusante que je reproduis ci-dessous. Nous sommes séduits tant par l’architecture du lieu que par la vue insolite de la ville.

En fin de parcours, nous découvrons, suspendue sous la voûte en chêne du musée ‘Memling in Sint-Jan’, la baudruche gigantesque à l’effigie de Pawel Althamer qui a plané quelque temps sur les rues de Bruges.

Pour notre grand plaisir, à notre retour, comme à l’aller, nous sommes arrêtés un moment devant un pont levis du canal de Gand à Bruges, le temps de laisser passer un commerce chargé de containers marins, vive le transport fluvial!

Je présente à tous ceux qui me lisent, mes meilleurs voeux de bonheur et de santé pour l’année nouvelle.

Cet article a été publié dans Bruges, Exposition. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.