Dresden

Nous avons prévu de rentrer, mais pas directement, ce serait trop simple.
Dresden n’est pas sur la ligne droite entre Potsdam et nos quartiers d’hiver, mais elle est sur notre liste des choses à voir.

J’ai réservé par booking.com une chambre dans le Holiday Inn Express, un hôtel qui vient de s’ouvrir en mai de cette année.
Situé sur le Dr.-Külz-Ring, à mi-chemin entre la Hauptbahnhof et le Augustusbrücke.
D’ici tout est à faire à pied, nous sommes dans le cercle des remparts de la vieille ville, notre chambre donne sur le parc en face de la Kreuzkirche; les cloches sonnent l’heure, vingt-quatre heures sur vingt-quatre.
La petite cloche ponctue les quarts et la grosse cloche les heures.

En cette splendide fin d’été 2011, la ville brille. La Frauenkirche est reconstruite, nous gravissons un plan incliné et les dernières marches qui mènent au sommet de la coupole pour admirer le panorama.

L’Elbe fait une boucle, la vieille ville est dans la partie concave et la ‘Neustadt’ de l’autre côté du Augustusbrücke dans la partie convexe.
Les principaux bâtiments historiques, le Zwinger, les palais, l’opéra, la Frauenkirche et les autres églises sont dans la Altstadt.
La statue dorée de August der Starke, la promenade de la Haupstrasse et le palais Japonais sont en face, sur la rive droite alluviale.
Sur la rive gauche les remparts plongent vers la route qui borde le quai d’embarquement des bateaux-mouche.

Pour des raisons diverses et controversées, le 13 et le 15 février 1945, 3600 avions Alliés déversent 4000T de bombes incendiaires sur la ville historique, la détruisant de fond en comble et tuant au passage 25.000 civils. Les chiffres sont des ordres de grandeur, ceux que les détails intéressent peuvent consulter les pages de Wiki.

Dans le Johanneum, les anciennes écuries royales, aujourd’hui le musée du transport, un documentaire en noir et blanc retrace l’histoire de la cité. Un extrait provient d’un film pris par un des bombardiers du raid. On voit les chapelets de bombes quitter les soutes de l’avion, en dessous la ville brûle.
Plus loin, des images des ruines et les femmes qui pendant des mois, dégagent les débris, pierre par pierre, c’est hallucinant.
Le film dit que les habitants de Dresde pensaient être à l’abri des bombardements car la ville ne comptait pas d’industries. Certain généraux Alliés pensaient qu’il y en avait peut-être, que c’était la seule ville à ne pas encore avoir été bombardée et que de toute manière il fallait démoraliser la population du pays par des actions d’éclat.

Soixante ans plus tard la ville est remise à neuf, elle respire la richesse, les bâtiments historiques ont été reconstruits copie conforme des originaux. Un savant puzzle combine les pierres anciennes avec les celles reconstruites, c’est très beau mais presque aussi hallucinant que la destruction.

Bernardo Bellotto, élève et neveu de Canaletto, dont il utilisait parfois le nom, a réalisé de nombreux dessins et peintures de certaines villes d’Europe dont Dresde où il résida de 1747 à 1758.
Le Zwinger offre une rétrospective de ses ‘vedute’ qui illustrent la précision de la reconstruction de la ville actuelle.

En fin de journée, après l’exposition, assis sur un banc en pierre au centre du Augustusbrücke, nous contemplons le coucher du soleil qui dore les façades et les statues de la vieille ville; on en oublie presque les drames de l’histoire.

– Envoyé de mon iPad

Cet article a été publié dans Exploration, Exposition, Musées. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Dresden

  1. Valérie dit :

    Un grand merci pour ce blog passionnant ! Je ne me lasse pas d’admirer vos photos qui me rappellent d’agréables souvenirs car j’ai longtemps vécu en Allemagne. Dresde est une ville très intéressante qui mérite d’être visitée à différentes périodes de l’année. Son marché de Noël vaut la peine d’être vu; il jouit d’ailleurs d’une renommée internationale !

    • duquelu dit :

      Chère Valérie,
      Je vous remercie pour vos commentaires élogieux. Cela me stimule à continuer à écrire.
      Nous partons bientôt pour Hambourg, j’ai l’intention d’écrire une page.
      L’Allemagne est en effet un pays passionnant, la France itou évidemment, nous y retournerons probablement en 2012 ou 2013.
      Mais comme veut le dicton, lorsque vous faites des plans, le diable sourit.
      Sincères salutations,
      Max

  2. duquelu dit :

    Good evening Maria,
    Sorry for the belated answer but WordPress has put your comment in the spam file!
    Thank you for your mail, the nice words and the tip.
    I shall look up your suggestion.
    Cheers,
    Max

  3. duquelu dit :

    Good evening Maria,
    Sorry for the belated answer but WordPress has put your comment in the spam file!
    Thank you for your kind words. I shall look up your suggestion.
    Cheers,
    Max

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.