Berlin, Menzel, Frédéric II, Parmentier et Moses Mendelssohn

Le 5 décembre 1757, pendant la guerre de sept ans, Frédéric II vainquit à Leuthen en Silesie l’armée Autricienne commandée par le Prince Karl Alexandre de Lotharingen.
La petite histoire raconte que le soir de la victoire, le roi accompagné d’une poignée d’adjudants, pénétra en territoire encore occupé par l’armée adverse, mis pied à terre au château de Lissa, où séjournèrent de nombreux officiers supérieurs Autrichiens.
‘Bonsoir Messieurs’ fit le roi,’Je sais que vous ne m’attendez pas ici, mais pouvez-vous nous loger?’
Dans la confusion, les Autrichiens, pourtant en majorité, lui donnèrent l’hospitalité sans songer à s’accaparer du souverain.

L’origine de l’introduction de la pomme de terre en France date de cette époque. En effet, Antoine Parmentier, pharmacien dans l’armée Française fut capturé pendant cette même guerre par les Prussiens et à cette occasion fit la connaissance du tubercule, l’alimentation principale des prisonniers de guerre.
Pour faire développer la culture de la pomme de terre, Frédéric II la fit planter à Berlin et fit entretenir les cultures par ses soldats. Comme l’espérait le roi, les paysans dérobèrent et essayèrent cette « pomme » de terre et plus tard la cultivèrent eux-mêmes. Le 24 mars 1756 il publia une circulaire qui ordonnait la culture de la patate.
Parmentier réussit l’introduction de la pomme de terre en France par un stratagème différent. La manœuvre réussie, Louis XVI le félicite en ces termes : ‘La France vous remerciera un jour d’avoir inventé le pain des pauvres’,
Aujourd’hui, la dalle de la sépulture de Frédéric II, située comme il le souhaitait, à côté des tombes de ses chiens dans le parc du château de Sanssouci, est couverte de pommes de terres que les passants y déposent.

À Berlin, dans la Alte Nationalgalerie, nous visitons l’exposition qui réunit tableaux et gravures qu’Adolph Menzel réalisa du roi de Prusse. Plus qu’aucun autre, Menzel est le peintre qui nous donne l’image la plus complète du souverain amateur d’art, guerrier et philosophe.

Bien entendu nous ne manquons pas d’aller manger dans la cantine de la Rote Rathaus, c’est la semaine Européenne, aujourd’hui nous avons droit à des crêpes aux légumes, farcies de fromage de brebis, à la mode grecque.
Demain nous n’y serons pas et nous regrettons de ne pouvoir venir goûter des carbonades flamandes.

Après le lunch, nous remontons la Grosse Hamburgerstrasse, qui va des Hackesche Höfe, à la Torstrasse, pour voir dans le Koppenpark, un mémorial intitulé ‘Das verlassene Zimmer’, ‘La chambre abandonnée’.
L’oeuvre, impressionnante par sa sobriété, est du sculpteur Karl Biedermann et de l’architecte de jardin Eva Butzmann.

Dans la Hamburgerstrasse se trouve le plus vieux cimetière juif de Berlin. C’est aujourd’hui une grande sépulture commune, le sol est recouvert de lierre, symbole de vie éternelle. La seule pierre tombale érigée est celle du philosophe Moses Mendelssohn. Il était contemporain de Frédéric II et grâce au marquis d’Argens, philosophe et ami du roi, Mendelssohn reçut le statut de Juif protégé extraordinaire (außerordentlicher Schutz-Jude), la troisième classe d’existence pour un Juif à Berlin (il était dans la sixième auparavant). Cela lui permit de résider à Berlin sans être dérangé du fait de ses origines juives, mais pas d’acheter des immeubles ou de passer ce droit à ses enfants.
Pour la petite histoire, les lunettes de Mendelssohn, d’un design contemporain, sont exposées dans le Judisches Museum.

20120509-172925.jpg20120509-173048.jpg20120509-173201.jpg20120509-173547.jpg20120509-180012.jpg20120509-180059.jpg20120509-180346.jpg20120509-180421.jpg20120509-180451.jpg20120509-180526.jpg20120509-180606.jpg20120509-180657.jpg20120509-181401.jpg20120509-181507.jpg20120509-181704.jpg20120509-181737.jpg20120509-181818.jpg20120509-181903.jpg20120509-181955.jpg20120509-182244.jpg

20120510-170400.jpg

Cet article, publié dans Berlin, Exploration, Exposition, La mort, Musées, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Berlin, Menzel, Frédéric II, Parmentier et Moses Mendelssohn

  1. xavier.hurstel@gmail.com dit :

    Le cuisinier du Rote Rathaus ne manque pas d’humour ! Célébrer la semaine européenne avec des crêpes à la grecque…
    Un tribut en clin d’œuil de la Grèce à l’Allemagne.
    Concernant les lunettes au design moderne, je m’attendais à celles d’Eva Joly. Nous, Français, sommes obnubilés par nos élections ! Vivement que celà se termine…
    Amicalement.
    Xavier

  2. Est ce que nous arrivons à imaginer notre vie sans Kartoffeln ???

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.