Magdeburg, Otto von Guericke, les demi-spheres, Wallonerkirche, Schiffmühle

Les premiers moulins bateaux datent des Romains qui en avaient installés sur le Tibre dans les années cinq cent. Le guide commente qu’il est probable que l’invention est plus ancienne et remonte à l’empire du soleil, c’est bien connu, les Chinois ont tout inventé, de la poudre à canon aux macaronis.

À l’amarrage devant l’écluse de Hohenwarthe nous bavardons avec l’équipage du Calypso, un petit yacht originaire de Schönebeck, une ville sur l’Elbe à trente km à l’amont d’ici.
Ils rentrent chez eux et il s’avère que Magdeburg est à 15 km au sud sur l’Elbe, nous décidons de suivre le Calypso et d’y faire une halte. Malheureusement, le trafic commercial est dense et Rothensee, l’écluse qui donne l’accès à l’Elbe, nous promet des heures d’attente. Ce qui semblait une bonne idée n’en est plus une et nous poursuivons notre route sur le Mittellandkanal jusque Haldensleben, le Calypso patiente, son skipper est attendu au travail demain matin.

Le réseau ferroviaire Allemand est bien organisé et le lendemain nous prenons un RB, (train régional) qui nous mène en 35 minutes de Haldensleben à Hbf Magdeburg.

En sortant de la gare, nous avons un choc, c’est la première fois que nous voyons aussi clairement l’impact de la ‘Plattenbau’ sur la structure de la ville. Le centre de Magdeburg a été détruit presque complément en 1945 et quelques année plus tard, la DDR a rempli les espaces vides avec leurs classiques constructions cubiques tristement stériles.
Un grand nombre d’églises ont été rayées de la carte car elles ne convenaient pas dans un contexte urbain socialiste.
Aujourd’hui les ‘Platten’ sont un peu plus riantes, l’Allemagne de l’Ouest a envoyé quelques pots de peinture et les quelques vestiges religieux restants, tel que le Dom, ont été restaurés.

Les ‘Garten Show’ sont l’occasion pour les villes de se refaire une fraîcheur et de créer ou de re-créer des artifices embellissants. Lors du dernier show en date à Magdeburg, la ville fit réaliser un modèle grandeur nature d’un bateau-moulin tel qu’il en existait jusqu’au dix-neuvième siècle des centaines sur l’Elbe, ce qui permit à Magdeburg de s’enrichir par la production et le commerce de la farine.
L’engin est une espèce de Catamaran asymétrique ancré dans le lit du fleuve. Le moulin placé dans la partie maitresse est alimenté par une aube à larges pales fixée entre les deux éléments flottants.
La photo du dessin est plus claire que mon texte.
Bien entendu le meunier souhaitait placer sa machine le plus près possible du lit de la rivière, là où le courant est le plus fort, mais paradoxe, cela gênait considérablement le trafic fluvial dont il dépendait pour transporter sa marchandise.
On imagine ce que cette contradiction intestine pouvait engendrer comme discussions entre les meuniers, les bateliers et les échevins de Magdeburg.

Mon père m’a légué 50% de gènes wallons et la Wallonerkirche attire toute mon attention.
Elle fait partie du cloître que les moines Augustins construisirent en 1285 et son vrai nom est la Sankt-Augustini-Kirche. Utilisée à la fin du 17e siècle par la communauté protestante Wallonne de Magdeburg, elle est connue localement sous le nom de Wallonerkirche.
L’église se présente aujourd’hui en deux parties.
L’ancien coeur, construit à l’origine à la dimension d’une église normale, sert depuis la fin de la guerre comme lieu de culte. Il a été astucieusement séparé du corps de église proprement dite par un mur en pierre de taille qui sert également de support à la tour qui menaçait de s’effondrer.
L’ensemble est sobre et majestueux, c’est notre monument religieux favori de la ville.

Magdeburg a vécu une histoire sanglante, dont la mise à sac par le général catholique Tilly en 1631 qui fit massacrer la majeure partie des citoyens.

En 1648 elle est rattachée au Brandebourg et Otto von Guericke est le bourgmestre de la reconstruction. Il fait appel à des Wallons et à des huguenots français pour renforcer les activités industrielles de la cité.
Lui ayant rendu son essor, le maire s’attelle en 1665 à ses propres travaux scientifiques dont les deux demi-sphères et la pompe à vide par quoi il démontre les effets de la poussée atmosphérique. Le symbolisme des demi-sphères est omniprésent dans la cité y compris dans les parcs où elles servent de bancs publics.

Du Dom, nous aimons la décoration des poignées de porte et le cloître.

Le ‘Kloster Unser Lieben Frauen’ abrite un musée d’art qui a bien réussi la confrontation de l’ancien et du contemporain, comme en témoigne une oeuvre en façade des frères architectes Berlinois Jan et Tim Edler.

Après le lunch et avant de reprendre le RB vers Haldensleben, nous visitons la ‘citadelle verte’ un des derniers projets de Friedensreich Hundertwasser. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’ensemble organique est de couleur lie de vin.
Il a été inaugurée fin 2005, l’artiste autrichien a voulu concevoir une « oasis pour l’homme et la nature dans un océan de maisons rationnelles ». Très controversée, la ‘citadelle verte’ abrite aujourd’hui plusieurs dizaines d’appartements, des bureaux, un hôtel, des boutiques ainsi qu’une exposition permanente rassemblant des œuvres de Hundertwasser.

Notre perception négative initiale d’une ville morne s’est retournée au fil de notre promenade et de notre découverte de ce qu’elle offre sur le plan culturel et architectural.
Qu’on se le dise, Magdeburg mérite le détour.

20120603-210719.jpg

20120603-210802.jpg

20120603-210937.jpg

20120603-211028.jpg

20120603-211112.jpg

20120603-211221.jpg

20120603-211255.jpg

20120603-211329.jpg

20120603-211426.jpg

20120603-211506.jpg

20120603-211605.jpg

20120603-211653.jpg

20120603-211731.jpg

20120603-212106.jpg

20120603-212141.jpg

20120603-212850.jpg

20120603-212943.jpg

20120603-213048.jpg

20120603-213117.jpg

20120603-213648.jpg

20120603-213657.jpg

20120603-213729.jpg

20120603-214046.jpg

20120603-214441.jpg

20120603-214521.jpg

20120604-154820.jpg

20120604-154912.jpg

20120604-154934.jpg

20120604-155052.jpg

20120604-155121.jpg

20120604-155533.jpg

20120604-155504.jpg

20120604-160114.jpg

20120604-160834.jpg

20120604-161139.jpg

20120604-161205.jpg

20120604-161250.jpg

20120604-161322.jpg

20120604-161534.jpg

20120604-161632.jpg

20120604-161715.jpg

20120604-161750.jpg

Cet article, publié dans Exploration, Exposition, Musées, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Magdeburg, Otto von Guericke, les demi-spheres, Wallonerkirche, Schiffmühle

  1. Ah ce Hundertwasser ! On sent l’influence de Gaudi; si jamais vous avez l’occasion d’aller à Barcelone, vous verrez le même genre de lignes, courbes et bizarreries, des choses magnifiques comme des choses horribles, comme la Sagrada Familia. Mais nous ne sommes pas sûres que vous y arriverez en bateau…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.