New York # 3, Memorial 9/11, Irish memorial et le NewYork Historical Museum

La ville est enveloppée dans une pluie qui mouille. Judith nous a réservé une entrée dans le mémorial de septembre 2001. Nous sommes soumis à un contrôle qui ferait pâlir d’envie les agents de sécurité des aéroports.
Chaque emplacement des deux tours du WTC est circonscrit par une ceinture en béton. Un rideau d’eau part du bord supérieur et se déverse dans un bassin situé une dizaine de mètres plus bas. Au milieu de ce bassin, un autre trou carré recueille l’eau qui disparaît au centre de la terre. Le nom des victimes est gravé dans une plaque en marbre gris poli posée sur le rebord de l’enceinte des deux bassins.
C’est sobre, c’est symbolique et c’est émouvant.

Toujours dans un brouillard de pluie, nous faisons le tour de Battery Parc pour nous recueillir devant le monument des soldats tombés lors de la deuxième guerre mondiale, c’est à leur aide que nous devons notre liberté actuelle.

Enfin, face à la East River, pas loin du Roosevelt Parc, se trouve le mémorial dédié au millions d’Irlandais mort lors de la grande famine au milieu du dix-neuvième siècle. C’est la reconstruction d’un paysage Irlandais comprenant des pierres, de la terre et de la végétation importée de différentes parties de ce pays. Placé à l’entrée, pour accéder à l’ensemble, on franchit la ruine d’un authentique ‘cottage’.

Les intempéries sous entièrement appropriées au choix de notre programme de ce matin.
Un café dans les ‘Winter Gardens’ nous réchauffe et une soupe et un sandwich nous rend de l’énergie et nous gagnons le New York Historical Museum, situé Central Parc West, entre la 76e et la 77e rue.

Au rez de chaussée, le musée projette sur un écran d’une cinquantaine de mètres de large, un film qui retrace l’histoire de la ville, de la retraite de la glace il y a quelques dizaines de milliers d’années, formant la rivière Hudson, en réalité un profond fjord, ce qui permet au plus grands paquebots de venir s’amarrer à l’ouest de l’Île de Manhattan, à l’attaque des tours du WTC en passant par la lutte entre les immigrants Irlandais et les anciens esclaves libérés, la dépression de 1929 et le boom économique après le retour des GI en 1945.

La grisaille offre aux photographes amateurs la possibilité de croquer des clichés beaux et insolites, jugez-ci après.

20130225-082027.jpg
20130225-082047.jpg
20130225-082124.jpg
20130225-082205.jpg
20130225-082230.jpg
20130225-082248.jpg
20130225-082308.jpg
20130225-082327.jpg

20130225-082409.jpg

Cet article, publié dans Exploration, Exposition, Musées, New York, Uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.