Pont-à-Bac, La Cassine et le marché paysan

À « La Cassine » ce n’est pas la toile de fond qui change entre les scènes, c’est toute la tribune qui se déplace sur rails pour aller au prochain décor.
En effet, grâce à un gradin mobile de 1650 sièges (avec dossiers) qui se déplace sur plus de 350 mètres, le public embarque dans un espace scénique et reposant de 10 hectares.
Cette année, l’Association Culturelle du Château de la Cassine présente un tout nouveau spectacle avec l’adaptation de l’œuvre d’Emile Zola.

La Cassine, c’est aussi, en été, chaque troisième vendredi du mois le marché paysan qui se tient dans la chapelle de l’ancien couvent des Cordeliers, à côté ruines du château, les fermiers du coin présentent leurs produits aux consommateurs.
Légumes, viande, fromages, oeufs, miel, je me laisse tenter par des tomates dont le cultivateur me vante les goûts avec le plaisir de l’oenologue qui fait l’article d’un bon millésimé. ‘Celles-ci ont un petit arrière-goût de chocolat, celles-là sont noisettées et n’ont presque pas de graines’. J’en achète quatre de chaque sorte et plus tard sur la bateau, relevées d’une légère vinaigrette, nous savourons ces fruits dont on avait oublié qu’il en existât d’aussi délicieux.
Les supermarchés n’offrent plus que des objets parfaitement sphériques à la peau glacée, issus de l’aquaculture, insipides à souhait.
Chez le boucher, j’achète deux grandes tranches de foie de veau, toutes fraîches, baignant dans le sang, on mange bien sur le Chat Lune.

Ce matin nous avons quitté Mouzon en flottille avec Jean et Patricia sur le Möllu, Jacques et sur le Skayen II et Bert le Hollandais sur Geervliet destination Pont-à-Bar.

Contrairement aux indication du guide Fluvial, le port de Sedan n’est plus accessible, les pontons démontés lors d’une précédente crue sont entreposés sur le quai au sud du camping et le propriétaire des lieux n’a pas l’intention de les réinstaller.
Nous visiterons la plus grande citadelle d’Europe lorsque la ville aura réaménagé un port de plaisance.

La vallée de la Meuse est belle, particulièrement dans les biefs où nous naviguons sur le fleuve, ce qui devient de plus en plus fréquent au fur et à mesure que nous progressons vers le nord.

Entre le PK 96 et 97, le Möllu, le Skayen II et le Chat Lune quittent la Meuse pour pénétrer dans le canal des Ardennes, Gert et son épouse poursuivent leur chemin vers la Hollande.

Les écluses 7 et 6 franchies, nous nous amarrons rive gauche au port de plaisance de Pont-à-Bar.

C’est alors que Jean et Patricia, dont c’est le port d’attache, et qui ont leur voiture sur place, nous proposent de les accompagner à La Cassine pour faire quelques approvisionnements au marché paysan, dont je parle plus haut.

La convivialité des plaisanciers offre souvent des surprises agréables.

20130904-211411.jpg

20130904-211434.jpg

20130904-211450.jpg

20130904-211508.jpg

20130904-211531.jpg

20130904-211555.jpg

20130904-211633.jpg

20130904-211704.jpg

20130904-211716.jpg

20130904-211736.jpg

20130904-211751.jpg

20130904-211811.jpg

Cet article, publié dans Exploration, Linssen Dutch Sturdy 320, Marchés, Navigation, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.