L’Escaut et la Dendre, Termonde et Alost

Quel plaisir que de voguer dans un monde parallèle.
Les auteurs de science fiction exploitent l’idée à souhait et dans leur imagination les héros de 3014 glissent avec leurs vaisseaux spatiaux par les trous de l’espace-temps pour explorer des mondes nouveaux.
En 2014, il suffit de lâcher les amarres du Chat Lune pour se retrouver dans un univers inconnu des terriens.

Nous quittons le port de Gent-Leie à 08:30 et une demi-heure plus tard, l’écluse bâbord de Merelbeke nous projette sur les eaux mouvantes de l’Escaut. Une heure après marée haute les courants portants commencent à se faire sentir et notre vitesse au sol est de 14 km/h pour 10 km/h sur l’eau. Une heure plus tard le GPS indique 15,8 km/h et nous atteignons l’écluse de Termonde à 11:25.
Il tombe un crachin désagréable et un léger brouillard voile l’horizon. L’eau est brunâtre et charrie branches et herbages qui j’évite par prudence, mon hélice vient d’être polie par Carron, je respecte le travail.
Personne ne nous suit et bien évidemment aucun bateau ne remonte le fleuve à contre-courant, nous sommes seuls sur le liquide mouvant plein de tourbillons.
Parfois sur la berge nous croisons un objet insolite, tel que cet avion long courrier posé sur des containers marins verts et rouge.
À Schellebelle, seul à bord de son ferry, affalé sur son siège, le capitaine du bac s’ennuie en espérant la venue d’une voiture, d’un cycliste ou même d’un piéton, au passage il me gratifie d’un sourire et d’un grand salut.

À Termonde nous quittons l’Escaut en effervescence pour joindre les eaux calmes de la Dendre. L’éclusier nous rappelle qu’au sud d’Ath la rivière sera en chômage à partir du 5 mai prochain et ce jusqu’au 16 juin.

Il est 13:30 lorsque nous frappons les amarres au port de plaisance d’Alost. L’endroit est situé au cœur de la ville, l’accueil est sympathique, je paye 12€ pour la nuitée, le capitaine du port me refile une série de brochures touristiques sur la région de l’Escaut, la navigation en Flandres et un plan de la ville. On bavarde le temps nécessaire pour se sentir bien intégré, le président du club nautique nous rejoint, il s’adresse à un employé fluvial qui passait par là pour s’assurer que le pont routier de Grammont sera réparé demain, c’est le cas, je respire.
Je le félicite pour son Super Van Craft dont les boiseries sont bien entretenues, j’y ai passé l’hiver me fait-il.

Sur ces mots nous partons en exploration. Curieusement, pénétrer et découvrir une ville au départ du bateau provoque des émotions très différentes de la même approche au départ du lobby d’un hôtel.
C’est le passage par notre trou dans l’espace-temps du fleuve à la terre.

Demain nous allons à Grammont.

20140429-204244.jpg

20140429-204309.jpg

20140429-204338.jpg

20140429-204426.jpg

20140429-204454.jpg

20140429-204517.jpg

20140429-204548.jpg

20140429-204610.jpg

Cet article, publié dans Exploration, Linssen Dutch Sturdy 320, Navigation, Réflexion, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.