Besançon, la Citadelle et les Forts


Nous sommes toujours à Besançon, il a cessé de pleuvoir vers 15:00 hier après-midi, lundi le 14 juillet. Depuis lundi dernier, lorsque nous sommes arrivés ici, le temps était à la pluie au point où la rivière s’est gonflée et le courant est devenu très fort. Dimanche en fin de journée, un bateau de plaisance avalant s’est planté sur des rochers à l’entrée du chenal de l’écluse qui mène au port du Moulin Saint-Paul où nous sommes amarrés.

Aussi, nous avons décidé de rester encore deux jours ici, on partira mercredi si rien ne change.
C’est marrant d’être tributaire des conditions climatiques pour pouvoir se déplacer, on en a perdu l’habitude en tant que terrien moderne.

Besançon est une belle ville et il y a plein de choses à voir et à faire. Voilà dans l’ordre le résumé de nos activités:

Dimanche matin, au lever, il ne pleut pas, le ciel est gris, de la dunette du Chat Lune on voit la Citadelle, elle n’est plus comme les jours précédents, cachée par des bans de nuages, nous décidons d’y aller.
Le bus 17 que nous prenons au coin du pont de la République, à 50 m, du port, nous y conduit et on y passe la journée. Tout y est, comme du temps de Louis XIV et Vauban mais les soldats on été remplacés par des émeus, de babouins, des perroquets et un couple de lions. Ces derniers doivent s’ennuyer ferme car ils molestent leur petit lionceau au point où le zoo observe une alternance entre cage et enceinte extérieure, de manière à ce que les parents ne dévorent pas leur rejeton. Ces derniers doivent se dire qu’il serait souhaitable d’épargner à la petite une vie en cage, soit-elle entre des murs de valeur historique.
L’ensemble est bien conservé, bien entretenu, on offre aux visiteurs plein d’activités et des documents audio-visuels instructifs et divertissants.
Au choix, nous préférons les ruines où notre imagination peut nous faire voir défiler les soldats en uniformes bariolés, entendre gueuler les sergents-chefs et sentir l’odeur de la sueur et la poudre à canon.
C’est les cas des deux autres Forts que nous visitons ultérieurement.

À partir de 1912 jusqu’en 1987 un funiculaire reliait le bas et le haut de la colline de Bregille pour que les curistes de Besançon-les-Bains puissent accéder facilement aux bois et espaces verts de la ville. La ligne est inscrite à l’Inventaire des Monuments Historiques depuis le 27 janvier 2011. Elle fait actuellement l’objet d’un projet de réhabilitation, mené par une association en partenariat avec la Ville de Besançon.

Lundi matin, sans attendre la remise en service de l’engin, nous grimpons à pied la colline vers les Forts situés en hauteur à l’est de la ville.
Nous rencontrons en premier lieu le Fort de Beauregard, construit comme élément de défense du Fort de Bregille perché plus haut à 175 m au dessus du niveau de la ville.
On est parti avec un rayon de soleil au coin de l’œil mais arrivés en haut, au Fort de Bregille, un nuage envahit la colline et promptement nous sortons nos K-Ways.
Nous contournons l’extérieur du fort dans un brouillard mouillé. Au delà des murs on entend des chiens hurler, la ville utilise l’endroit comme fourrière.

Mardi matin, le soleil brille de tous ses éclats et nous prenons la route du Fort de Chaudanne, nous avons laissé nos K-Ways dans la penderie du Chat Lune.
Sur le parking devant l’entrée du Fort, des ouvriers de la ville installent un podium. C’est l’endroit de l’arrivée d’une course de côte à bicyclette que aura lieu dans les prochains jours.
Ici pas de fourrière mais le Fort comporte un stand de tir, c’est un peu plus proche de sa fonction d’origine.

À propos de vélos, mercredi matin le tour de France partira d’ici, le village s’installe dans le parc de l’autre côté du pont de la République. Nous serons partis et n’assisterons pas au départ.

En ville nous avons découvert la Brasserie du Commerce, autre Monument Historique classé, dont la cuisine est excellente et qui offre en semaine un plat du jour à 9,50€. On y est allé tous les jours de la semaine dernière, on a sympathisé avec le personnel et ce mardi on y retourne pour la dernière fois avant de quitter Besançon.
Voir http://www.brasserie-ducommerce.com/historique-brasserie-besancon-25.html

image

Cet article a été publié dans Citadelle, Exploration, Flâneries, Fort, La mort. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.