Paris # 6, La tour Jean sans Peur et la balade des fontaines et les cuillères

Au Moyen Âge, le sexe payé n’était pas un péché. Les femmes de petite vertu bénéficiaient même d’une protection de la municipalité car leur activité était considérée d’utilité publique.
C’est ce qu’on peut lire sur les panneaux explicatifs et illustrés à travers des agrandissements d’enluminures, de l’exposition ‘L’amour au Moyen Âge’ que l’on peut admirer dans les sous sols de la To
ur Jean sans Peur, située au 20, rue Etienne Marcel dans le 2ème arrondissement.
L’homosexualité par contre, était sévèrement punie, de la castration au bûcher.

Cette exposition relativise l’idée parfois fausse qu’on se fait de cette époque de l’histoire où la vie n’était malgré tout pas toujours noire et misérable.

La Tour Jean sans Peur était l’hôtel Parisien du Duc de Bourgogne. Après la mort de Charles le Téméraire, petit-fils de Jean sans Peur, les biens du Duc sont rattachés à la Couronne et l’hôtel tombe à l’abandon.
Au fil des siècles les immeubles sont vendus en plusieurs lots, la tour devient un atelier de quincaillerie, ensuite magasin, entrepôt et logis des ouvriers.
En 1868 le percement de la rue Saint-Etienne dégage la tour et ce dernier vestige de l’hôtel médiéval est acheté par la ville de Paris. Classé monument historique en 1884, elle menace de s’écrouler, on la consolide en 1893, elle bénéficie d’une restauration complète en 1992 et en octobre 1999, grâce à l’action des ‘Amis de la Tour Jean sans Peur’, elle est ouverte au public.

Dans la cage d’escalier, on distingue sur de nombreuses pierres de taille mises à nu, les signes lapidaires qui permettent d’identifier la carrière dont elles sont issues et les tailleurs qui les ont façonnées.
Dans un vitrail, on peut voir un rabot que Jean sans Peur avait choisi comme emblème dans sa lutte d’influence avec le duc d’Orléans, qu’il fit assassiner en 1407. Lui-même fut également assassiné sur le pont de Montereau le 10 septembre 1419.

À la bibliothèque Forney dans l’Hotel des Sens, 1, rue du Figuier on peut admirer l’exposition ‘Histoire de Cuillères’. Cet objet d’usage journalier auquel on ne prête aucune attention particulière, sauf lorsque pour manger une soupe, votre hôte vous présente une cuillère à café, prend des formes étonnantes selon son origine et son ancienneté. J’ai réfléchi deux fois avant d’aller voir cette exposition mais je suis revenu enchanté par la créativité des concepteurs et par la beauté des ustensiles présentés.

Gâté par l’été Indien, nous continuons à parcourir la ville en suivant les fiches des Balades du Patrimoine. Cette semaine nous avons choisi la numéro 9, ‘Les Fontaines d’hier et d’aujourd’hui’, du bassin de la Villette au Père-Lachaise en passant par le Square de la Butte du Chapeau Rouge, la place des Fêtes et le parc de Belleville.
Je vous recommande d’aller voir la fontaine circulaire de la place des Fêtes, où la circulation de l’eau change de sens dans chaque cercle parcouru, ainsi que la cascade des fontaines du parc de Belleville et la vue imprenable sur Paris qu’offre le Belvédère en haut de la colline.

image

Cet article, publié dans Château, Exploration, Exposition, Flâneries, Paris, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.