Du cafouillage à la bougie

imageL’Europe dispose de suffisamment de réserves potentielle d’électricité, le problème Belge est la distribution.
Nous sommes devenus un pays en voie de développement sur le plan de l’accès à l’énergie électrique.
Nos voisins limitrophes, les Allemands, les Français et le Hollandais ne connaissent pas ce problème.

Les politiciens-gestionnaires de nos gouvernements précédents en portent pleinement la responsabilité.
Le courant devait se teinter de vert, les centrales nucléaires devaient fermer, le marché s’ouvrir et la concurrence jouer librement. Un quota de sources renouvelables fut arbitrairement défini mais les investissements de production ne suivirent pas. L’ancien ministre Johan Vande Lanotte gela le prix du KW au consommateur et se fâcha avec Suez.

Et nous voilà avec la menace d’une pénurie d’alimentation électrique.
Mais n’ayez crainte, chez citoyens, les solutions sont en vue. Les ministres Turtelboom et Marghem nous conseillent de nous promener dans nos demeures avec nos lampes de poches allumées, question d’effrayer les cambrioleurs et les centrales nucléaire ne vont pas fermer aussi vite que prévu.
Les bourgmestres des villages Néerlandais offrent l’hospitalité de leurs locaux scolaires éclairés aux citoyens frontaliers belges.
Les succursales d’Albert Heyn ont approvisionnés les rayons de leurs magasins de bougies de toutes formes et couleurs à des prix imbattables.
Enfin, à la télé, les bulletins météo indiqueront journellement, en plus du niveau des pluviomètres, l’état barométrique de la carence de gestion de nos politiciens en matière d’approvisionnement en électricité des citoyens de notre pays.

Et dans notre pays surréaliste, tout le monde trouve cela normal.

Les Flamands, les Wallons et les Bruxellois semblent trouver évident que l’approvisionnement vital en énergie électrique va dorénavant dépendre de la ménagère qui rentrée de son travail à 18 heures, décidé de lancer une lessive.
Personne ne se fâche contre les cafouilleurs politiques qui sans rougir, osent mettre en danger la fourniture d’une forme d’énergie vitale à ses citoyens.
Ce qui fonctionna sans grands problèmes depuis une bonne centaines d’années devient soudainement problématique.

En on trouve ça normal!

Les belges admettent sans sourciller que cet hiver ils devront régulièrement se chauffer au feu de bois.
Bien entendu, l’excès de pollution suite à la combustion des bûches humides dans les foyers sera dépénalisée pendant les coupures de courant.

Pour clôturer ma diatribe, comble de cynisme, les myopes cafouilleurs politiques osent nous rendre responsables de leur carence, pour solutionner le problème qu’ils ont créé, c’est à nous de gérer plus intelligemment notre consommation!

Je suis fâché, je suis très fâché, suis-je seul?

image

Cet article, publié dans Réflexion, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.