Carnet de Terre # 18 – Rêves d’Écluses

image

Faut pas penser que depuis mon dernier billet il ne s’est rien passé ou que nous n’avons rien fait de particulier, c’est mal nous connaître, très mal nous connaître.

Il s’avère que soudainement j’ai eu la crampe de l’écriture. Des idées me traversaient l’esprit, mais les mettre sur papier, je n’y arrivait pas.
Pourtant Ultima Thule, la compagnie gantoise qui produit des pièces, mi-théâtre, mi-marionnettes, nous a enchanté avec ‘Nerf’. Un très vieil homme est alité dans sa chambre. Irrité, il attend la fête que la direction a organisé pour ses quatre-vingt ans de mariage. Il s’échappe avant la cérémonie et nous promène dans son passé. On revit avec lui sa rencontre avec Hélène, les péripéties de leur couple et la démence de sa compagne. Le spectacle est ponctué par un luthiste et une soprano à la voix cristalline. Hélène est représentée par une petite poupée, lui est magnifique, grandeur nature. Les figures sont remarquablement manipulées par deux des acteurs du groupe.
Souvenez-vous, il y a quelques semaines nous avons eu l’occasion de faire leur connaissance lors de l’avant première intime qu’Ultima Thule avait organisé dans ‘De Schuur’ le plus petit centre culturel au monde, à Wondelgem, près de Gand.

Dans la ‘Centrale’ à Gand, nous avons aussi souffert d’une représentation de marionnettistes Russo-Belges, complémentent nulle, les enfants dans la salle s’ennuyaient. A notre surprise, ils sont restés sages et n’ont pas sorti leurs smart-phones.

A Bruxelles, une exposition au Bozar juxtapose des portraits photo à des portraits peints de la Renaissance, ‘Faces Now et Faces Then’. Les peintures sont plus puissantes que les photos.


Le petit musée municipal de Deinze expose des photos prises entre 1914 et 1918 par les soldats et officiers Allemands qui occupaient la ville.

Depuis quelques jours, le soleil nous annonce le printemps et Marleen met à jour les inventaires du Chat Lune.
Le bateau est sorti du chantier en 2005 et nous préparons notre onzième saison.
D’année en année nous affinons nos bagages et nous éliminons les surplus.
Le jour viendra où nous n’aurons à bord que le compte exact des vêtements, chaussures et objets que nous utilisons pendant les six mois de navigation. Pour ce faire, à chaque fin de saison nous vidons chaque armoire, tiroir et coffre pour en faire un inventaire que Marleen note scrupuleusement sur des fiches quadrillées, modèle DIN A4.
Notre expérience nous a appris que c’est le seul moyen d’éviter à ce que le bateau ne se transforme en foutoir en moins de saisons qu’il ne faut pour le dire.

Aussi le beau temps nous incite à faire des plans et nous consultons les cartes nautique et les livres de bord du passé.
Nous en sommes au numéro 5 qui est à moitié plein. En fouinant ma bibliothèque navale je tombe sur un carnet de dessin où en 2009 j’ai croqué au fil de notre avancement, les écluses d’Auxerre à Paris, en faisant un détour par la petite Seine.

Je vous en livre quelques unes ci-dessous.

image

Cet article, publié dans Auxerre, Exploration, Exposition, Linssen Dutch Sturdy 320, Musées, Navigation, Réflexion, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Carnet de Terre # 18 – Rêves d’Écluses

  1. Roland Schiltz dit :

    Un bravo tout particulier pour tes études d’écluses, Guy!

  2. rdgt dit :

    Joli trait de crayon. Un talent de plus.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.