Carnet de Bord # 4 – De Wambrechies à Arleux et l’ensablement de Douai

image

Svelte, il a les cheveux gris coupés court, il porte un anorak bleu pale et un pantalon en coton léger, gris foncé, à poches multiples. Il chevauche un vélo pliable blanc et il nous adresse la parole pendant la bassinée de l’écluse du Grand Carré à l’entrée de Lille.

« J’ai 89 ans » nous annonce-t-il, « et j’ai été premier danseur au Lido et à Médrano ». Sans attendre nos commentaires, il continue sur sa lancée, « J’ai eu deux cancers et j’ai deux prothèses, » nous fait-y-il ensuite en montrant ses hanches et il rajoute: « J’ai eu un bateau en Méditerranée avec lequel j’ai gagné beaucoup d’argent ». « Maintenant j’ai une jeune femme, ma troisième et je fais du vélo ». Sérieux, en pointant le doigt vers le Chat Lune, il clôture son monologue en nous exhortant: « Faut en profiter, c’est très court ». Nous le remercions, on se dit au revoir, il enjambe son vélo et file à toute vitesse le long du chemin de halage.

image

 

image

image

Nous avions projeté de faire une halte à Douai, ville dont nous ne connaissons que le nom, pour l’avoir lu sur la carte fluviale à chacun de nos passage sur le trajet Lys – Deule.

À l’entrée de la ville, passé le grand garage à péniches où la majorité des bateaux amarrés ne navigueront plus jamais, un panneau VNF nouvellement planté, signale le port de plaisance de Douai, sur l’embranchement de la Scarpe, à main gauche. Je vire et le Chat Lune s’engage dans un large bras d’eau qui conduit vers le centre ville.

Amis navigateurs, notez ce qui va suivre. Sur ce canal vers le port de plaisance, qu’un deuxième panneau neuf VNF rappelle, à 20 mètres passé l’embranchement de la Scarpe, la partie de cette rivière coupée à la navigation, le Chat Lune s’ensable méchamment. Je fais marche arrière et j’essaye de tourner, mais je ne réussis qu’à remuer une boue brune. Doucement je remet la marche arrière et je réussis à conduire la bateau vers une profondeur suffisante pour faire demi-tour. On se sort sans casse de ce mauvais pas. Je vérifie le filtre d’eau de refroidissement, il débite   de l’eau limpide, le gouvernail obéit normalement et l’hélice tourne sans vibrations anormales.
Dans l’écluse de Douai, j’interpelle un employé de VNF qui passe par hasard par là et lui explique ce que nous venons de constater. Il nous remercie pour l’information et il promet de faire le nécessaire pour qu’un prochain plaisancier ne subisse pas le même sort que nous. Le guide fluvial garantit un tirant d’eau de 1,80 m pour ce port, ouvert gratuitement toute l’année, muni de bornes d’eau et électricité et situé au centre ville.
Il ne mentionne pas que pour y accéder, le tirant d’eau est inférieur à 1,10m, soit l’enfoncement du Chat Lune.

La visite de la ville de Douai est remise à un passage ultérieur, nous continuons notre navigation et allons nous amarrer à Arleux, la capitale de l’ail selon le guide fluvial et aussi le départ du Canal du Nord.

image

Cet article, publié dans Exploration, Linssen Dutch Sturdy 320, Navigation, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.