Carnet de Bord # 6 – Moislains – la Somme – Cappy – Froissy – le P’tit Train

image

On croise un papy et une mamy accompagné de leur petit-fils. A l’instant de la rencontre, au même instant, nous prononçons tous les quatre la même phrase, « vous êtes du coin? », « non, on cherche un boulanger, nous aussi ». Dans la rue principale de Cappy, nous marchons vers le nord, eux vers le sud. La dame nous dit « si je le trouve, je crie ». Nous poursuivons notre exploration et cinq minutes plus tard, nous entendons un grand cri « j’ai trouvé », le volume vocal de la dame correspond à son coffre.

Samedi matin, nous prenons l’écluse de Moislains à la troisième bassinée, ensemble avec Cambio. Quatre écluses plus loin, nous nous engageons dans le canal de la Somme.
L’éclusier  accompagnateur nous attend à l’écluse de Sormont, la première du canal. Comme le guide fluvial le demande, j’avais la veille téléphoné et laissé un message à la permanence du Poste Central d’Exploitation de la navigation sur la Somme. Ce matin, un employé du PCE m’avais gentiment rappelé avant notre départ de Moislains pour me confirmer qu’une équipier était mise à notre disposition. A l’instar du canal de Roubaix que nous avons emprunté l’année dernière, le service touristique de la Somme met les petits plats dans les grands. Il nous est demandé de garder le contact avec le PCE de manière à toujours avoir un technicien pour actionner les écluses et les ponts-levis au fil de notre parcours.

La gentillesse existe encore dans ce bas-monde, nos accompagnateurs s’avèrent compétents, sympathiques et aimables. Ils connaissent bien la rivière et leurs conseils sont judicieux, quel plaisir et quel luxe de naviguer dans de telles circonstances.

Notre premier arrêt est Cappy, nous y faisons halte à l’endroit du port de plaisance que Locaboat Holidays a abandonné en novembre dernier. La gestion de port sera reprise prochainement, nous précise-t-on.
Le boulanger que la mamy a repéré, s’appelle ‘Au Rendez-vous des Pains’, il est situé sur la D1 qui relie Cappy à Péronne. Les pâtisseries sont excellentes, nous achetons un ‘Paris-Brest’ et une ‘Religieuse’ au café. Une adresse à retenir, c’est par ailleurs le seul commerce encore ouvert à Cappy.

image

Dimanche matin, l’éclusier-pontonnier nous attend comme convenu à 09:30 au pont-levis de Cappy, nous parcourons à la vitesse conseillée de 8 km/h les 3 kilomètres qui nous séparent de Froissy, notre prochaine halte.
Il pleut des cordes pendant notre aller-retour à vélo vers le Carrefour Market de Bray, nous étions en manque de fruits frais.

image

C’est le petit train de la Haute Somme qui dicte notre étape à Froissy. La ligne fut construite en 1916 par les alliés pour alimenter le front de la bataille de la Somme en hommes, munitions et autres matériaux. La locomotive date de cette époque; presque centenaire, elle crache encore sa vapeur avec conviction. Après la guerre, la Sucrerie Centrale de Dompierre utilisa la voie ferrée   pour acheminer des betteraves et du sucre. Au début des années 70 les bénévoles de APPVA, l’Association Picarde pour la Préservation et l’Entretien des Véhicules Anciens, décidèrent de sauvegarder l’infrastructure et le matériel, les wagons et les locomotives. Petit à petit, le hangar du départ et les quelques centaines de mètres de voies devinrent le Musée de Froissy. La brochure affirme que c’est le plus grand musée d’Europe consacré au matériel ferroviaire à voie de 60 cm. On n’y connaît pas grand-chose mais le matériel roulant est nickel, l’ensemble est soigné et d’une propreté remarquable.

Le P’tit Train est devenu une attraction incontournable de la vallée de la Somme. Aujourd’hui dimanche, le papy, la mamy, le petit-fils, nous-même et une poignée d’Anglais canoniques sommes les seuls passagers du trajet aller-retour de Froissy au plateau Picard. Le monsieur Anglais explique au chef de train que son grand-père a conduit cette locomotive pendant la grande guerre.

image

La dite locomotive vapeur nous conduit à Cappy, un loco diesel de 200 CV, datant de 1940, nous confie le mécanicien, prend le relai pour monter la colline et tracter les trois wagons jusqu’au plateau.

Assis seuls dans le wagon de première classe, on s’amuse comme des gosses.

image

 

image

Cet article, publié dans Exploration, Flâneries, Linssen Dutch Sturdy 320, Navigation, Train, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Carnet de Bord # 6 – Moislains – la Somme – Cappy – Froissy – le P’tit Train

  1. Gve.Mcw dit :

    What! You didn’t get to drive the steamy beast?? XX

    >

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.