Carnet de Bord # 8 – Amiens – Samara – le cimetière de la Madeleine

imageFaudra quand même se taper Compostelle à pied, car le curé de la cathédrale d’Amiens a placé des chaises sur le labyrinthe, lequel sert de substitution au pèlerinage pour autant qu’on suive à genou, j’imagine, faut un minimum d’effort pour la différence, les dalles noires qui vont de l’entrée au cœur du puzzle du dallage au centre de la grande nef.

image

Nous voilà donc à Amiens. Les hortillonnages, Jules Verne et la cathédrale sont les incontournables. Nous les avons reconnu lors d’une précédente visite de la ville mais la cathédrale vaut une deuxième visite.

Nous sommes amarrés au port amont, en face du Pub Anglais qui le soir attire une foule de jeunes dont le niveau sonore augmente proportionnellement au niveau d’alcool ingurgité. La qualité du sommeil des plaisanciers est alors inversement proportionnel aux bonnes conditions météorologiques. Bref, au beau fixe on ne dort pas, à 5°C quand il pleut des cordes, on est tranquilles.
Bien entendu, le cimetière romantique de la Madeleine, situé à quelques kilomètres du port, est accessible en Brompton et vite fait, bien fait, mercredi matin, nous allons à la recherche de la tombe de Jules Verne.
La nature est plus forte que la mort et si preuve en faut, regardez les photos des monuments funéraires que la végétation a enveloppé. Le site est vallonné, il nous rappelle certains cimetières un peu sauvages que nous avons vu à Berlin en 2011.

image

image

Les croix noires sans noms sur une colline sans végétation marquent les tombes des victimes du bombardement d’Amiens les 27 et 28 mai 1944. L’objectif des Américains était de détruire le noeud ferroviaire, en préparation du débarquement.

image

De retour au port, comme le temps se met au beau, pour éviter les insomnies, nous quittons Amiens pour aller nous amarrer au ponton flottant de Samara, 13 kilomètres en aval, en pleine nature.
Samara est un ‘Grand Parc Naturel’ et comme explique la brochure, ‘Un haut lieu de la Préhistoire, un parc archéologique in situ, légitime par la présence de nombreux vestiges découvert lors de fouilles.’

L’aspect Disneyworld nous retient d’envisager une visite, on reste à bord, les oiseaux chantent, la nuit est paisible.

image

Cet article, publié dans église, Cimetières, La mort, Linssen Dutch Sturdy 320, Navigation, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.