Carnet de Bord # 9 – De Samara à Long – centrale hydroélectrique

image

La dame de l’office du tourisme est désolée, « ici à Long tout est fermé, le ‘café-bar-à-tabac-presse’ doit réouvrir en juin, le boulanger n’est plus, peut-être que le boucher a un dépôt de pain, mais il est fermé le jeudi, nous sommes jeudi, le coiffeur est ouvert. »  « La centrale électrique se visite sur rendez-vous, mais aujourd’hui, le responsab’le est absent et demain c’est fermé ».

À côté de la Mairie, le Comptoir Bleu, le restaurant qui surplombe l’écluse est ouvert. ‘Dimitri et Alice sont heureux de vous accueillir’ peut-on lire sur le panneau à l’entrée. C’est mon anniversaire, on s’offre un restaurant et il s’avère que nous avons bien choisi. L’endroit est propre et décoré de façon jeune et amusante. Dimitri est en effet sympathique et accueillant et la cuisine est excellente et soignée. Mon andouillette sur lit d’oignon est servi avec une petite aubergine farcie et de pommes frites bien préparées. Comme dessert nous choisissons une glace parmi les vingt parfums proposés. Elle est succulente et provient d’un fabricant artisanal de l’Oise. Si vous passez par ici, nous recommandons l’endroit, très bon prix qualité, comme disent les guides culinaires.

De retour au bateau, nous croisons André qui avec son épouse Nellie et leurs trois petits-enfants suivent le même itinéraire que nous depuis Amiens, à bord de leur beau Super Van Craft.
André s’est rendu à la centrale électrique et il a réussi à convaincre la guide responsable d’ouvrir les portes du lieu demain matin, on s’invite à les suivre.

image

À la fin du 19ème siècle Long était un village prospère grâce à l’extraction de la tourbe. En 1903 la municipalité met en service une centrale hydro-électrique destinée aux habitants. Profitant de l’énergie gratuite, les ingénieurs installent également dans le bâtiment une pompe qui puise de l’eau potable dans la nappe phréatique. Ainsi, au début du siècle dernier, en précurseurs,   les maisons du village sont alimentés de courant continu 110 Volt et d’eau courante.

La guide nous explique de le coût était modeste et en fonction du nombre de robinets et du nombre d’ampoules installées. Au départ, chaque maison avait droit à une ampoule dans la pièce de séjour. Plus tard, une deuxième ampoule pouvait être installée dans la chambre à coucher.

Après la deuxième guerre mondiale, avec la venue des appareils électroménagers, la centrale ne répondit plus aux exigences des citoyens et en 1968 le conseil municipal décida de raccorder le réseau à l’EDF. En 1974 elle fut mise à l’arrêt et en 1994 classée comme monument historique.
Nous sommes émerveillés car les installations sont en état de fonctionnement. C’est à André que revient l’honneur de tourner la manivelle de la crémaillère qui soulève la cloche qui couvre la roue à aube horizontale. Celle-ci est située dans l’eau de la rivière qui coule sous le bâtiment. Elle est reliée directement à une roue dentée horizontale qui actionne deux poulies verticales, lesquelles  font tourner deux génératrices. Lentement l’ensemble se met en mouvement et comme par miracle, deux ampoules s’allument, on a envie d’applaudir, nous sommes tous des enfants.


Voyageur, toi qui passe par Long, va manger chez Dimitri et Alice et visite la centrale électrique.

image

 

Cet article, publié dans Exploration, Flâneries, Linssen Dutch Sturdy 320, Navigation, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.