Carnet de Bord # 18 – De Montargis à Briare en passant par Dammarie-sur-Loing

image

Un poilu radieux s’apprête à lancer une grenade Mills vers l’ennemi, ce sont les petits plaisirs de la grande guerre. Le mémorial et la statue en bronze se trouvent en haut de la rue du Canal à Dammerie-sur-Loing où nous passons la nuit à mi-chemin entre Montargis et Briare.

image

Le lendemain nous rejoignons le Seraf de Henk et Elly à Rogny-les-Sept-Écluses et en flottille nous franchissons les 23 kilomètres et les 18 écluses qui nous mènent au port de plaisance de Briare. Les deux escaliers d’écluses du trajet se passent rapidement et il nous faut moins de cinq heures pour arriver à destination.

image

 

Ce matin, le jeudi 11 juin, nous nous transformons en fibulanomistes amateurs. Un fibulanomiste est une personne qui collectionne les boutons de vêtements anciens. Quel plaisir que de découvrir un nouveaux mot tout en recherchant des boutons dans une décharge d’émaux. Genevieve nous avait renseigné l’existence de cet endroit qui ne figure sur aucun guide et que l’office du tourisme ne mentionne pas. La décharge est situé dans un bois, à l’arrière de l’usine d’Émaux de Briare. Pour y accéder, il faut franchir une clôture, ramper dans des sous-bois, traverser un espace marécageux pour ensuite gravir un tertre de trois mètre de haut, constitué par des émaux, des boutons, des perles et des pavés de céramique accumulés à cet endroit pendant plus d’un siècle. D’une surface totale d’un demi terrain de football, l’endroit est quelque peu surréaliste. Il s’agit bien entendu de déchets ou d’objets présentant une imperfection, souvent imperceptible pour nos yeux non initiés, qui justifia leur rejet.

 

Pour le plaisir de la récolte, on se sent chercheur d’or, nous remplissons deux petit sacs élastique avec essentiellement des boutons, des perles de couleur et des carrés d’émaux.

Le 4 novembre 1844, le jeune industriel et inventeur Jean-Félix Bapterosses dépose un brevet pour une machine à fabriquer des boutons. La machine permet de frapper 500 boutons à la fois alors que les anglais ne frappent toujours les leurs qu’à l’unité. L’avance technologique est telle que ses concurrents anglais passent, en deux ans, du monopole de la fabrication du bouton à la ruine de leur industrie. Dans son usine de Paris, Bapterosses emploie 550 personnes pour une production journalière de 1.400.000 boutons.  Le succès est tel que les locaux de la rue de la Muette deviennent trop exigus et Bapterosses achète la manufacture de Briare. L’usine en parfaite état et de conception moderne est située à proximité du canal de Briare, pas trop éloignée de Paris à laquelle elle est reliée par le rail. Pour ses 1500 ouvriers, il construit une cité ouvrière avec jardins, écoles, un hôpital-hospice, une société de Secours-mutuel et des terrains de sports.

image

Au fil des années, à la fabrication des boutons, succède la céramique d’émail vitrifié et teinté dans la masse qui donne une qualité supérieur aux revêtements. Après la deuxième guerre mondiale, la manufacture est en déclin et la famille la cède à un groupe industriel qui a réussi aujourd’hui et refaire des Émaux de Briare un fleuron de l’industrie céramique française.

Nous apprenons tout cela en visitant le musée de la Mosaïque et des Émaux de Briare.

J’oublie de mentionner que c’est aussi ici que se fabriquaient les perles de pacotilles que nos vaillants explorateurs traînaient dans leurs bagages lors des expéditions en Afrique au 19e siècle.

Sur la place de la république, l’église Saint-Etienne du style néo-byzantin au clocher néo-gothique, comme explique le guide, est bien entendu décorée de mosaïques. À l’intérieur, du porche au cœur, le sol de la nef centrale comporte une amusante succession de médaillons en mosaïque dont les thèmes sont les quatre éléments, les quatre âges de l’homme et les cinq sens.

Nous aimons Briare et nous y séjournons quelques jours.

image

Cet article, publié dans Exploration, Exposition, Flâneries, Linssen Dutch Sturdy 320, Musées, Navigation, Réflexion, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.