Carnet de Bord 16/3 Paris #1

image

image

Voilà une semaine que nous sommes amarrés dans le port de l’Arsenal.
Jusque fin mai, notre adresse est 11, Boulevard de la Bastille, 75012 Paris.
Dès fois que quelqu’un ait envie de nous envoyer une carte postale.
Comme toujours à Paris, les jours se remplissent, les semaines filent et lorsque je me décide d’écrire un billet, je suis pris d’une espèce de paralysie de la plume.

En bref, qu’avons nous fait depuis notre arrivée.

Il y a le bonheur de se retrouver dans la petite communauté du port. Le village sur l’eau à la particularité de procurer un contact permanent avec ses habitants tout en offrant la distance nécessaire pour ne pas s’inportuner. C’est notre douzième saison de navigation avec le Chat Lune et notre dixième au port de l’Arsenal, si je décompte les deux années passés à Berlin.
Nous y séjournons généralement un mois entier, un au printemps et un en automne.

Notre arrivée ne s’est pas passée inaperçue. Des bisous se sont échangés et des repas se sont partagés. De nombreux autres sont programmés, bisous et repas.

Autour du bassin du port, des tentes blanches ont été installées pour héberger deux expositions successives. La première, le Grand Marché d’Art Contemporain s’est terminé le 2 mai. Nous étions à temps pour en faire plusieurs fois le tour.
Actuellement, jusqu’au 16 mai, les brocanteurs/antiquaires ont remplacé les artistes.

On s’est promené dans le jardin des plantes et dans les jardins du Luxembourg et carrefour de la Croix Rouge, rebaptisé carrefour Michel Debré, nous avons admiré le centaure de César.

Les enfants s’en donnent à cœur joie avec les voiliers du bassin du Luxembourg. Il souffle un bon vent, les bateaux filent vite.

Je continue à produire une aquarelle journalière, j’essaye d’accrocher le thème du jour.

Le temps est au beau fixe. Dans le bassin du port nous profitons d’un courant d’air permanent qui souffle dans la darse, 10 mètres plus haut, au niveau du boulevard Bourdon, il reigne une chaleur de juillet, sur la dunette du Chat Lune, c’est le bonheur parfait.

Comme chaque année j’ai dessiné une grille de calendrier dans notre livre de bord. Il nous reste 23 jours pour parcourir toutes les expositions et visionner tous les films que nous avons identifiés comme étant indispensable à voir.

Je n’en dit pas plus, ce soir nos amis Qing et Fabien viennent partager notre repas.

image

 

Cet article, publié dans Art Contemporain, Cinéma, Exploration, Exposition, Flâneries, Linssen Dutch Sturdy 320, Paris, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.