Carnet de Route 17/12 Koldinghus,Trapholt,Louisiana,Johannes Larsen,Møn

Je présente l’écran de mon iPhone à la jeune fille au guichet d’entrée du ferry, elle tend un pistolet lecteur de code-barres, l’imprimante crépite, elle me présente mon billet d’accès et me précise de prendre l’allée numéro 9. Avec un grand sourire commercial mais gentil, elle nous souhaite une bonne traversée.
La veille au soir, à Klintholm, le petit port au sud de l’île de Møn, à l’aide de mon iPad, j’avais réservé et payé les 115 € que coûte la traversée en bateau du Danemark vers l’Allemagne, de Rødby à Putgarden. Je reste émerveillé par les facilités offertes par la technologie moderne.

J’écris ce billet de Travermünde, où nous passons notre première nuit en Allemagne depuis que nous avons quitté ce pays pour le Danemark, le 21septembre dernier. Nous allions du sud vers le nord, maintenant on fait l’inverse.

Travemünde est le port de Lübeck, l’embouchure de la rivière Trave, d’où le nom. Port de pêche et port industriel, c’est aussi un point de chute touristique. Blankenberge sur la Baltique. Le long de la promenade qui s’étend du port de pêche à la plage, les boutiques de nippes se succèdent aux restaurants à poissons et saucisses, entrecoupés de pâtisseries où nous dégustons un café et un morceau de ‘Mohn Kuchen’.

J’inverse la chronologie de mon récit de voyage.
Hier nous étions sur l’île de Møn, rien à voir avec la pâtisserie de Travemünde. La côte est, face à la Suède, est faite de falaises de craie blanche, similaires à celles de Douvres. Hautes de plus de cent mètres, elles plongent verticalement dans une mer bleue et verte d’un plus bel effet, comme vous pouvez le constater sur les photos ci-jointes.

Pour y accéder, nous avons traversé Seeland, la plus grande île du pays, où ce trouve Copenhagen.
On laisse de côté la capitale pour aller visiter le musée d’art moderne Louisiana localisé à Humlebæk, 40 kilomètres au nord du centre de Copenhagen.
En relisant ces lignes, j’ai l’impression de rédiger un manuel de géographie destiné à une école primaire, soit.

La brochure dit:
Le Musée d’Art Moderne Louisiana est un des musées internationaux dédiés à l’art moderne et contemporain les plus importants d’Europe. Situé à Humlebæk sur le côtes du Nord de Sjaelland et surplombant la mer, il représente un mélange équilibré et élégant entre le paysage, l’architecture et l’art, qui attire les visiteurs du monde entier.

Aujourd’hui il offre trois expositions. Les états d’âme de Marina Abramović, je n’aime pas Marina Abramović, Marleen est plus nuancée. L’art doit toucher émotionnellement et être un peu dérangeant. Chez Abramović, le deuxième critère prime.
Plus loin, on traverse neuf installations réalisées par 9 jeunes artistes. Ils illustrent l’incursion des technologies virtuelles dans leur vie. Aucun des deux critères cités plus haut n’est d’application.
Enfin, les portraits photographiques de Rineke Dijkstra. Remarquables.

Le musée lui-même vaut le déplacement. Les constructions nouvelles, en verre, bois et béton, ont été crées autour de la villa, l’origine de la propriété. La maison est située au centre, et l’ensemble des salles d’exposition forment autour d’elle, un grand ovale sur plusieurs niveaux.

Le parc comporte des sculptures, Marx Ernst, Miro, Henri Moore, mais également de nombreux et très beaux arbres centenaires. La vue sur le Øresund est imprenable.
Nous sommes heureux d’avoir fait le voyage.

Louisiana était, avec la visite surprise chez ma sœur, le deuxième but de notre voyage au Danemark. On a débordé un peu.

Avant Louisiana, nous avons fait un détour par Kerteminde, au nord-est de Fyn, l’île située entre la Seeland et le Jutland. C’était pour voir le musée de Johannes Larson localisé dans la propriété où le peintre a vécu et travaillé. Tout est resté dans son jus, l’habitation, le jardin surplombant la mer, le moulin et son atelier. Marleen suggère au conservateur de mettre dans l’atelier un bocal rempli de térébenthine pour conférer par l’odeur, une touche réaliste au local.

Une des salles d’exposition est consacrée à la tapisserie de Ladby.
En 2011, des (hommes) bénévoles du musée Viking de Kerteminde, ont entrepris la reconstruction d’un drakkar, le bateau de Ladby. Inspirée par la tapisserie de Bayeux, une bénévole (femme) eut l’idée de confectionner une tapisserie qui retrace l’histoire de ce navire. L’œuvre de 7 m de long, un dixième de la dimension de celle de Bayeux, vient d’être terminée en juillet 2017. Elle est exposée ici et quelques unes des brodeuses sont sur place pour répondre aux questions des visiteurs intéressés.

Je continue ma remontée dans le temps. Samedi dernier, nous étions au musée ethnologique de Moesgaard, souvenez-vous.

Dimanche, on s’est arrêté à Kolding pour voir le château Koldinghus.
Construit en 1268 pour protéger les Danois de leurs voisins de Schleswig, il devint par la suite, le château privilégié de nombreux rois Danois.
Pendant les guerres napoléoniennes, il servit de garnison aux troupes du général Jean-Baptiste Bernadotte. En 1808, un violent incendie le mis en ruine. Il s’avère que des frileux soldats espagnols, cantonnés en hiver dans ce lieu, utilisèrent les feux ouverts avec trop d’enthousiasme. Il fut partiellement reconstruit en 1890 et devint un musée. Dans les années 70 du siècle dernier, une restauration intelligente lui donna l’aspect que nous découvrons aujourd’hui. Les architectes ont préservé autant que possible ce qui restait des bâtiments originaux en y ajoutant des éléments modernes, essentiellement des structures apparentes en acier et en bois laminé.

Toujours à Kolding, en hauteur, surplombant le fjord le musée Trapholt, Art Moderne et Design présente une exposition intitulé ‘Eat Me’. Au sous-sol, le musée présente sa collection permanente, essentiellement des chaises et des meubles iconiques datant des années 60 à aujourd’hui. Sur des écrans ordinateurs placés ci et là, les visiteurs sont invités à constituer un intérieur virtuel de leur choix en utilisant les objets exposés. Le résultat de leur création peut être admiré sur grand écran à la sortie. Les plus belles réalisations sont reconstituées et exposées avec les pièces réelles.

J’écris ce billet de Verden en Allemagne. La petite ville de Basse Saxonie porte le nom de ‘Reiterstadt’.
Ce sera pour la semaine prochaine.

Cet article, publié dans Art, Art Contemporain, Exposition, Fort, Musées, Peinture, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.