Carnet de Route 17-13 Verden, Mūnster, Eindhoven, Gand

Il était une fois un sacristain de la cathédrale de Verden qui après avoir détourné l’argent de la quête de la maison de Dieu, l’avait ignoblement gaspillé. Lorsqu’il dût rendre des comptes à l’évêque, il jura par le diable qu’il n’avait jamais agi de la sorte. C’est alors qu’un rugissement puis un ricanement, par trois fois, s’élevèrent dans la nef. Le Mal en personne apparut, saisit le sacristain par la peau du cou et s’enfuit avec lui. Mais sa proie resta coincée dans le mur et fut transformée en pierre.
Dans l’arrière-cour du préau de la cathédrale de Verden, on peut voir en hauteur, dans le mur, figé pour toujours, le sacristain horrifié.

Ce dimanche, le 15 octobre 2017, en visitant la cathédrale, on découvre que le ‘Vokalensemble der Kantorei Bethel’ de Bielefeld y donne un concert intitulé ´Geistliche Abendmusik’. Marleen s’installe sur une des chaises disponibles dans la nef, je continue ma promenade d’exploration de la ville.

La ville de Verden est située sur le tracé de notre route du retour et nous sommes intrigués par le ´Deutsches Pferdemuseum’. La cité porte le surnom de Reiterstadt, la ville du cavalier.
À partir des années 30 elle fut le centre de nombreuses manifestions chevalines internationales et nationales, s’en suivit l’élevage de races de grande qualité, le tout lui conférèrent son nom. Le musée est installé dans une ancienne caserne. On peut y suivre l’histoire du cheval, de l’Eohippus, de la taille d’un chien, qui vivaient dans les forêts européennes il y a 50 millions d’années, aux pur-sang actuels en passant par les Przewalski, chevaux historiques mongols.
Le sport n’est pas oublié ni la collection d’accessoires anciens et modernes.
Le guide m’explique que le musée est en évolution permanente et que bientôt une section sera consacrée au polo.

Après la visite nous flânons dans les rues piétonnières de l’ancienne ville et c’est ainsi que nous poussons la porte de la cathédrale dont question ci-avant.

Il y a quelques semaines au musée Gaia à Randers nous avons découvert l’existence d’un autre musée d’Art Brut, situé au sud de Münster. La Kunsthaus Kannen est attaché à la clinique psychiatrique Alexianer et ses ateliers font partie intégrante de la thérapeutique.

D’un pas, nous allons de Verden à Münster.

Dans la boutique du musée nous achetons le livre publié par la European Outside Art Association. Sous forme de carnet de notes il met en carte 64 musées dans 24 pays, galeries, ateliers, associations dédiés à cette forme artistique. Notre liste des choses à voir s’allonge.

En faisant le tour de la galerie Kannen, on se fait la réflexion que la différence entre les œuvres qualifiées ´Art Brut’ et celles libellées ´Art Moderne’ est dans la définition et le prix demandé plutôt que dans la valeur artistique. J’aimerais assister à un débat à ce sujet entre psychiatres et galeristes. Je me demande aussi ce que notre cousin Jan Hoet en pense, du fond de sa tombe.

Notre voyage automnal se termine à Eindhoven chez nos amis Marjan et Will. J’ai déjà eu l’occasion d’expliquer que Marjan est une graphiste qui depuis quelques années, réalise également des œuvres en verre. Voir son site https://www.marjansmit.nl/
Nous passons chez eux deux jours de joie, de bonne humeur et de plaisir culturel.
Que penser d’une fin de journée, un 19 octobre, assis à l’extérieur en T-shirt, autour d’un feu de bois, un verre de champagne à la main?

Le vendredi accompagnons nos hôtes au vernissage de l’exposition ´Glas 4 Ever’ au musée Gorcums à Goringhem.

Samedi midi, après deux heures de route, heureux et la tête pleine de belles choses, nous poussons la porte de notre logis.

Notre sang nomade ne ment pas, la suite est programmée, dans peu de temps nous reprendrons la route et je publierai mon billet hebdomadaire.

Cet article, publié dans Art Brut, Art Contemporain, Chapelle, Exploration, Exposition, Musées, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Carnet de Route 17-13 Verden, Mūnster, Eindhoven, Gand

  1. Monsieur R. dit :

    Un conte assez effrayant et très moral …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.