18 – 35 – Mann.Münden, Nordhausen & Merseburg

Le 3 et le 4 avril 1945, une semaine avant que les troupes américaines n’atteignent la ville, la Royal Air Force déverse 2386 T de bombes sur la ville de Nordhausen. La ville est au trois quart détruite et 8800 personnes y laissent la vie.

Après la guerre, la ville est reconstruite dans un style stérile, un mélange d’architecture stalinienne de l’époque DDR et d’acier/verre/béton, que nous datons après la chute du mur. Sans âme.

Nous avons repéré le musée de l’usine IFA. Située à l’ouest en dehors de la ville, l’usine n’est pas touchée par les bombes de 1945. Par contre, elle fut démantelée en 1991, lorsque la production planifiée fit place à la concurrence libre. 

Crée en 1898, la manufacture changea quelque fois de nom et de propriétaires, mais elle produisit surtout des locomotives légères, des tracteurs et des moteurs. À partir de 1939-1940, les machines agricoles font place à du matériel de guerre dont les moteurs 12 cylindres Maybach de 220 CV et 300 CV destinés aux ‘Panzer’. 

En 1948 elle retrouve sa vocation d’origine et elle développe, fabrique et exporte des tracteurs agricoles et des moteurs. 

Aujourd’hui, il ne reste à l’emplacement de l’usine que le musée qui retrace son histoire.

Le hasard fait qu’une locomotive Montana, fabriquée ici, fut livrée à l’exposition universelle de notre ville de Gand en 1913. Elle servit à tracter le tramway qui parcourait le parc de l’exposition. 

Nordhausen est située sur le trait de crayon qui nous dirige vers Leipzig.

J’avais repéré l’usine IFA et la ‘Museum Haus Meyenburg’ comme points d’intérêt de la ville. Le musée d’art est temporairement fermé, une nouvelle exposition se prépare, le vernissage à lieu dans 4 jours. Nous n’attendons pas. 

Pour la nuit, nous rangeons notre engin à un emplacement prévu à côté de la piscine municipale. Le prix du stationnement comprend un ticket d’entrée des salles d’eau. Marleen et moi nous amusons beaucoup dans les bassins situés à côté de la piscine olympique. Le plan d’eau regorge de surprises, on nage à l’intérieur et à l’extérieur, il y a des couloirs avec du contre-courant et des jets puissants qui surgissent de manière intempestive, l’eau est à 26°C, pas chlorée, un délice.

Avant Nordhausen, à 30 km au sud du trait de crayon, Marleen à repéré Hann.Münden. C’est la ville des trois rivières car située au confluent de la Werra et de la Fulda qui se rejoignent en donnant naissance à la Weser, le long de laquelle nous avons passé deux journée de repos à Wahlsburg. Pour vous éviter de sortir un atlas, sachez que la Weser est la rivière qui part de Mann.Münden pour rejoindre la mer du Nord à Bremerhaven, 300 km plus au nord.

Les forteresses volantes de la RAF ont ignoré l’endroit car c’est aussi la ville des 700 maisons à colombages. 

Enfin, c’est la ville du Dr.Eisenbart. Sans diplôme lui-même, le barbier, dentiste, ophtalmologiste et chirurgien ambulant doit son éducation à son père et son beau-frère qui eux étaient médecins.  

Sa renommée est telle qu’il bénéficie de privilèges accordés par la famille Royale. 

Il opère avec succès cataractes et calculs rénaux. Lors de ses voyages, il est accompagné de saltimbanques et de musiciens ambulants qui doivent distraire la foule des curieux pendant qu’il procède à des opérations sans anesthésie, le chloroforme n’est pas encore inventé à la fin du 17ème siècle. Vers 1800, la chanson ‘Ich bin der Doktor Eisenbart’ fait fureur dans toute l’Allemagne. 

Marleen me signale que son grand-père lui chantait le doctor Eisenbart, sa renommée a franchi les frontières!

À midi, le carillon de l’hôtel de ville sonne la chanson lorsqu’un cortège de personnages illustrant le docteur au travail, sortent de deux fenêtres de la façade du bâtiment.

À 30 km à l’ouest de Leipzig, où nous attend l’exposition de Carolein Smit dans le musée Grassi, nous faisons une halte à Merseburg pour y passer la nuit et préalablement visiter le Dom et le château.

Mon prochain billet sera consacré à notre visite de Leipzig. 

Cet article, publié dans église, Château, Exploration, Musées, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 18 – 35 – Mann.Münden, Nordhausen & Merseburg

  1. Vorfreude ist die beste Freude – au plaisir de vous retrouver de temps en temps. Je voyage avec vous, je ne connais pas du tout ce coin d’Allemagne. Mais à l’occasion d’une cousinade, je vais aller vers le nord dans une quinzaine de jours.
    Bravo pour ces articles toujours aussi bien documentés !

    • duquelu dit :

      Merci de lire mes billets. Nous non plus, nous ne connaissions pas cette partie de l’Allemagne. Nous la découvrons avec ravissement.
      Par contre, de 2010 à 2012 nous avons navigué avec le Chat Lune dans la Merklenburger Seenplatte et autour de Berlin. Nous venons ce matin d’arriver à Potsdam, ce sera pour un prochain billet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.