18 – 38 – Löbnitz, Dessau & Bauhaus

Dans les musées et les expositions, j’ignore toujours les interdictions de prendre des photos en faisant attention à ne pas me faire repérer par un gardien.

Je viens de prendre un cliché d’une maquette de Carl Fieger, lorsque la guide attentive bondit de sa chaise, accours vers moi et d’un ton sévère me rappelle l’interdiction. Dans la pénombre de la salle, je n’avais pas vu la bougresse. Plus tard, je la retrouve dans une autre salle et nous bavardons gentiment. 

Comme nous, elle non plus, ne connaissait pas Carl Fieger avant de le découvrir par l’exposition que la Fondation Bauhaus de Dessau lui consacre.

Carl Fieger est un des collaborateurs de Walter Gropius. Architecte, dessinateur et concepteur, il est un de ceux qui ont contribué à faire du Bauhaus un courant architectural majeur du siècle dernier.

En 1919, Walter Gropius crée le mouvement Bauhaus à Weimar. En 1925, des raisons politiques le contraignent à déménager son école à Dessau. Les architectes et artistes qui forment le groupe trouvent ici la liberté de créer une synergie entre l’architecture, le mobilier, les objets d’usage journalier, la danse, la musique et l’art. 

La ville compte aujourd’hui encore, de nombreux témoignages architecturaux construits à cette époque, dont la ‘Bauhausgebaude’ et les ‘Meisterhäuser’ dans lequel vécurent entre autre, Ise et Walter Gropius, Anni et Josef Albers, Lucia et László Moholy-Nagy, Oskar Schlemmer, Paul Klee, Wassily Kandinsky et Lyonel Feininger.

On y passe la journée avant d’aller planter pour la nuit, notre Roulotte dans le port de plaisance de la ville, le long de l’Elbe.

Notre manière de voyager et d’explorer un pays laisse au hasard une grande part des découvertes. Cette année-ci en Allemagne nous avions trois points de chute, Leibniz, Dessau et l’île de Rügen où nous sommes au moment où j’écris ce billet. J’en parlerai dans une prochaine publication.

En cours de chemin, on glane des brochures, on lit les panneaux publicitaires le long des routes, on cause avec les gens qu’on croise et on pousse systématiquement la porte des syndicats d’initiatives. 

Ainsi, on découvre que l’église évangélique de Löbnitz, comporte le plus grand plafond illustré d’Allemagne. Une BD de 250 tableaux, réalisé en 1691 par le peintre Christian Schilling. Le pourtour compte 82 panneaux avec des motifs floraux et au centre on peut voir 168 panneaux avec des motifs bibliques, 36 de l’ancien et 78 du nouveau testament.

L’intérieur est tout aussi décoré. 

Pour visiter, il suffit de sonner au presbytère qui se trouve à côté, du lundi au samedi, entre 10:00 et 16:00.

La dame qui nous ouvre la porte, nous explique qu’en plus de l’entrée principale, l’église comporte deux portes latérales discrètes. Cela permettait à chacun des deux frères, seigneurs du lieu, d’accéder au culte, par leur entrée personnelle, sans devoir se croiser et sans devoir se mêler au peuple.

La ville hanséatique de Stralsund est la porte de l’île de Rügen.

Avant cela, nous avons fait une halte à Potsdam.

J’ai du rattrapage à faire dans mes billets.

Cet article, publié dans Architecture, Art Contemporain, Eglise, Exploration, Flâneries, Peinture, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.