18 – 48 – Budapest, les musées, le zoo et le dentiste

La galerie Kieselbach est située Szent István körút 5, à 1055 Budapest, en face de l’arrêt des tramways 4 et 6. C’est une maison de vente de tableaux dont la qualité des produits offerts vaut un bon musée. 

La prochaine vente a lieu le 17 décembre à l’hôtel Marriott, voici le catalogue: 

http://www.kieselbach.hu/media/upload/auction_catalog/129/5c010139105d9.pdf

En face, au numéro 3, l’antiquaire qui fait l’autre coin de la rue Falk Miksa ùt et Szent István, mérite également une visite. 

Dans la foulée, pour regagner le centre de Pest, prenez la Falk Miksa ùt, pour vous régaler des objets et tableaux présentés par les antiquaires et les galeries d’art de la rue. 

C’est en flânant que nous avons découvert Kieselbach. Je me suis mis sur leur liste de vente et depuis lors, nous allons sur place et à défaut, j’admire leur catalogue sur la toile.

Les tramways 4 et 6 traversent le Danube par le pont Margit et vous conduisent à la place Széll Kálmán où vous attend le bus 16 qui vous mène au château sur le haut de Buda. 

La Galerie Nationale, le musée situé dans l’enceinte du château, offre une exposition intitulée ‘Bacon, Freud, and the painting school of London’. On connaît les grands noms et on reconnaît leurs œuvres. Mais comme toujours, et c’est la beauté de l’aventure, on découvre Dorothy Mead, une artiste que nous ne connaissons pas. Voir ‘reclining figure’ ci-dessous.

Mead, Dorothy; Reclining Figure; A David Bomberg Legacy – The Sarah Rose Collection at London South Bank University, Borough Road; http://www.artuk.org/artworks/reclining-figure-218196

Plus au nord, également à Buda, se trouve le musée Vasarely. Partant de Kieselbach, empruntez le bus 26, l’arrêt est en face de la galerie. Il prend le pont Margit, traverse la moitié du Danube et au milieu, il bifurque à droite et traverse en longueur toute l’île Margit. 

L’île doit son nom à Sainte Marguerite, fille de Béla IV, roi de Hongrie. Au 13e siècle, elle pris le voile dans le couvent des dominicains qui existait à cet endroit. Son père fit le vœux qu’il l’enverrait dans le couvent si Dieu lui permettait de reconstruire son pays après le passage dévastateur des Mongols. Son appel fut entendu, les Mongols rentrèrent chez eux, le pays fut reconstruit et la gamine, âgée de 11 ans, termina sa vie en prière. 

Aujourd’hui c’est un parc à vocation sportive, l’accès routier est réservé aux autobus et aux taxis. 

Parmi les ruines des abbayes, on y trouve l’hôtel fin de siècle, ´Grand Hotel Margitsziget,´ et l’hôtel thermal moderne ‘Thermal Hotel Margitsziget’.

Au nord de l’île, quittez le bus 26 au pont Árpád et montez sur le tramway # 1 qui vous déposera sur la rive droite du Danube en face de l’entrée du musée Vasarely.

Retour à Pest. Après trois ans de rénovations, le musée des Beaux-Arts expose le petit bronze qu’il possède et qui est attribué à Léonard de Vinci. La statuette trône au centre d’une salle en demi-cercle. Le long des murs on peut admirer des dessins et des esquisses du maître.

Le musée, un imposant bâtiment néo-classique fut construit au début du siècle dernier. Il est situé au nord-ouest de la Place des Héros à la halte Hösök tere du métro #1. 

Lorsque vous visiterez Budapest, n’oubliez pas de mettre sur votre liste des choses à faire, un trajet dans le premier métro de la ville.

Construit par Siemens et Haske en moins de deux ans, le ´Kisföldalatti’ (Petit Métro) fut inauguré par l’empereur Austro-Hongrois François-Josef le 3 mai 1896. L’utiliser, c’est revenir cent ans en arrière. 

Le musée des Beaux-Arts mérite une visite, non seulement pour les œuvres exposées, ainsi que pour la collection d’objets égyptiens et romains du sous-sol, mais également pour la décoration interne des salles d’exposition, des cages d’escalier et des vastes atriums.

Dans le même secteur, à 200 m du musée des Beaux-Arts, au nord de ‘Városliget’, le ‘Bois-de-Ville’, se trouve le zoo. Les animaux en cage, ça me fout le cafard, mais le guide Hachette insiste pour que nous allions voir leurs ‘prisons’ historiques, construites à partir du milieu du 19e siècle jusqu’à nos jours par des architectes renommés. Voir  http://www.zoobudapest.com/en/the-tradition-behind-the-ambition/meet-the-past/old-and-prestigious-buildings

Je clôture ce billet en répondant à la question que Gérard posait la semaine dernière.

En deux mots, c’est le ‘tourisme dentaire’ qui nous a conduit à Budapest.

Kreativ Dental est la meilleure clinique dentaire d’Europe, voir https://kreativdentalclinic.eu/fr/L’accueil à l’aéroport, le transfert vers l’hôtel, la réservation de la chambre, le programme préétabli des soins dans la clinique, le traducteur disponible pendant les traitements, les soins prodigués par des dentistes compétents, tout est réglé comme du papier à musique. 

En prime, comme vous avez pu le lire précédemment, la ville mérite son qualificatif de ‘Paris de l’Est’.

Chez nous, le ‘Pass Musée’ nous incite plus encore que par le passé à découvrir les richesses culturelles de notre pays. Ce sera pour mes prochains billets.

Cet article, publié dans Abbaye, Aquarelle, Architecture, Château, Exposition, Flâneries, Musées, Peinture, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.