19 – 17 Auxerre et l’origine du Chat Lune

C’est à Auxerre qu’en avril 2005 nous avons craqué pour notre Chat Lune. 

En décembre 2004, on avait vu un Linssen identique exposé au salon nautique de Paris, porte de Versailles. 

Nous n’étions pas particulièrement à la recherche d’un bateau à acheter, mais celui-là nous plaisait vraiment. Aussi, en avril 2005, avec une paire d’amis, nous louons à Auxerre, chez Paul Van Der Mije, le propriétaire du port Aquarelle et le concessionnaire de Linssen pour la France, pour une petite semaine, le Marie De Grâce, un Linssen Dutch Sturdy 320. 

Au retour de notre mini-croisière sur le canal du Nivernais, en amarrant le bateau dans le port, je crie à Paul, en boutade, « vous m’en mettrez deux ». Sur quoi il rétorque, « sur la même facture? ».

Paul est un excellent commerçant, nous sommes mûrs, et quelques heures plus tard, on signe le contrat d’achat du bateau. Il est en fabrication à Maasbracht, nous allons le voir et discuter des deniers détails de l’aménagement. Depuis lors, livré en mai 2005, il nous sert d’habitation, pendant quatre à six mois chaque année.

La semaine dernière, quinze saisons plus tard, nous amarrons le Chat Lune au quai du port de plaisance Aquarelle à Auxerre. 

Paul et son épouse Dominique ont vendu leur concession en 2012, à Mike Gardner-Roberts. Depuis lors, entre deux voyages, le couple réalise son rêve, l’aménagement complet d’une coque nue en acier que Paul avait acquis avec ce projet à l’esprit.

Remarquable bricoleur, aidé de Dominique pour l’esthétique et les finitions, Paul nous montre avec fierté leur bateau achevé. À l’instar du Chat Lune, il fait 10m sur 3,60m m. Par contre l’intérieur est très différent. La cabine avant comporte un double lit central et à l’emplacement de la cabine à l’arrière se trouve une large salon en U. Au dessus des fauteuils, Paul a prévu en diagonale, deux crochets d’attache pour accrocher le hamac auquel il tient beaucoup.

Les panneaux du revêtement intérieur sont en imitation de bois clair. Les coussins sont bleu nuit avec des petits dessins dorés. Le tout est d’un plus bel effet.

Nous restons trois nuits à Auxerre. J’en profite pour remplacer la pompe à eau potable qui est défaillante. Comme souvent lorsqu’on travaille sur un bateau, l’accès aux pièces à travailler est difficile. Dans le cas de la pompe à eau potable, cela relevait de la spéléologie. 

D’Auxerre à Paris on navigue sur l’Yonne, une des belles rivières de France. Il n’y avait pas beaucoup de trafic et lorsqu’on franchit une écluse seuls, on se retrouve également seuls dans le bief suivant. C’est un de nos plaisirs de naviguer pendant des heures entre la verdure qui borde le cours d’eau, sans voir un autre bateau et n’étendre que le chuchotement de l’eau déplacée par notre bateau et le chant des oiseaux. 

Le mardi 2 juillet, le dernier jour prévu avant d’arriver au port de l’Arsenal, on s’amarre au quai d’attente en amont de l’écluse d’Evry. 

« Always expect the unexpected », écrivait récemment sur son blog Jane, une amie américaine.

À peine amarrés, Rémi, le capitaine du port de l’Arsenal me téléphone pour me signaler que l’écluse est en panne pour quelques jours. 

Une péniche de spectacle, conduite par des artistes plus doués pour le théâtre que pour la navigation, a endommagé une des portes amont de l’écluse #9, celle qui sépare le port de la Seine. 

Les acteurs avaient mal amarrés leur bateau et à la bassinée montante, l’ancre qui se trouve à la proue du bateau, a accroché une traverse de la porte et l’a soulevée hors de ses gonds. 

Les attaches de la porte sont tordues et le joint en silicone de la fixation inférieure a sauté et se trouve au fond du bassin. 

La porte doit être soulevée, ce qui demande l’intervention d’une grue de 70T. L’opération aura lieu la nuit car le trafic du pont Morland doit être interrompu.

Rémi espère que nous pourrons accéder au port de l’Arsenal, samedi.

C’est le cas. Entre-temps nous passons deux nuits amarrés devant l’écluse d’Évry et deux nuit au port aux Cerises, un peu plus bas sur la Seine.

L’arrivée au port est toujours une fête, Béa nous aide à l’amarrage, Fabrice vient nous serrer la main et Carlos et Qing itou.

Le Chat Lune se sent chez lui au port de L’Arsenal.


Cet article, publié dans Linssen Dutch Sturdy 320, Navigation, Paris, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.