19 – 25 Telemark et le musée Z

Il ya quelques siècles, je ne connais pas la date précise, les habitants de la côte déconseillèrent aux cartographes hollandais d’aller explorer l’intérieur du Telemark. « L’endroit est truffé de bandits, l’alcoolisme est un fléau, vous n’en sortirez pas vivants. »

Aussi, comme vous pouvez le voir sur l’ancienne carte ci-dessus, le Telemark est une tache blanche avec au centre, le dessin d’un lac. 

L’histoire nous est rapportée par un des collectionneur du musée Z à Treungen. C’est une initiative privée. En 2010, Johan Ziener Thronsen, achète et rénove une série de hangars. Deux ans plus tard, il met les locaux à la disposition de collectionneurs privés, pour exposer leurs trésors. 

Notre guide a réuni au fil des ans une impressionnante collection objets relatifs à Walt Disney. « Uniquement ce qui a été fabriqué et vendu en Norvège », précise-t-il.

Au fil des salles nous découvrons, une cordonnerie, un cabinet dentaire, le cabinet d’un oculiste, un chapelier et des centaines de chapeaux, des vielles voitures, la cathédrale Notre Dame de Paris fabriquée avec des allumettes, des centaines d’anciens téléphones et tout ce qui tourne autour des centrales téléphoniques du siècle passé, je m’arrête ici. 

Le collectionneur des objets Walt Disney nous raconte quelques anecdotes. 

Vladimir Karpov, le fils du général Fjodor Karpov, ami intime du Tzar Nicolas III, fuit la révolution et se retrouve en Norvège à Treungen. Le riche aristocrate devient un pauvre norvégien. Pour subsister il vend à un orfèvre local la montre en or que le Tzar avait offert à son père. 

L’explorateur norvégien Roald Amundson, est le premier homme à avoir atteint le pôle sud, cinq semaines avant l’Anglais Robert Scott. Il réussit et survécut grâce au fait qu’il avait préalablement à son expédition, vécu pendant un an avec des esquimaux, pour apprendre à vivre dans des conditions polaires. Mais aussi, grâce à la provision de biscuits nourrissants que son frère lui avait préparé pour aider l’équipe à se nourrir pendant la tentative, sans devoir transporter de trop lourdes charges. À son retour, Amundson ramena les trois derniers gâteaux. On en voit un ici, encadré, avec la recette et la signature de l’explorateur.

Une autre vitrine comporte des figurines en bois peints. Ces objets furent fabriqué en secret par les prisonniers Russes que les Nazis exploitaient dans leurs usines d’armement en Norvège. Ils furent donnés en remerciement aux habitants norvégiens qui leur fournissaient en cachette de la nourriture.

Pour descendre de Rjukan vers le sud, nous empruntons les routes 41 et puis 42. Ces routes sont parallèles à la « 9 ». Plus étroites mais plus belles encore, selon les dires de notre guide français.

Au passage, à Eidborg on admire une petite Stave Kirke et plus loin au sud, nous découvrons le Musée Z dont je parle ci-avant.

À propos de guides, avant notre départ, j’ai acheté un guide de voyage en mobile home allemand, le « Womo Reihe band 15, Norwegen, Der Süden » et un guide français, « la Norvège en Van, édition Apogée ».

Ils se complètent mais il est amusant de constater la différence culturelle entre les deux pays.

L’allemand est précis, avec des cartes détaillées et un itinéraire de 18 stations. Les descriptions sont au kilomètre près, avec les endroits où s’arrêter et les choses à voir, les musées, les haltes pour passer la nuit, gratuitement ou pas, les campings, les endroits pour se baigner, etc. 

L’itinéraire parcourt le sud de la Norvège dans le sens des aiguilles d’une montre, au départ de Halden et retour. Les 18 stations sont programmées pour être faites en six semaines à deux mois.

Waltraud Roth-Schultz et Reinhard Schultz ont fait un métier d’écrire des guides pour les voyageurs en mobile home. Leurs ouvrages sont agréable à consulter car précis et ponctué d’anecdotes personnelles. 

Le guide français est un roman, agréable à lire. Les premiers chapitres comprennent les informations nécessaires au camping en Norvège. Ensuite, les auteurs ont découpé le pays en sept zones, chacune agrémentée d’une carte sommaire. Ils ont parcouru le pays pendant deux mois du sud au nord, à bord d’un Mercedes Marco Polo. 

Clémence Polge fait de très belles photos, et Thomas Courbet écrit les textes. Ils décrivent et illustrent les choses qu’ils ont aimées, les endroits où il se sont arrêtés et où ils ont passé la nuit. Ils transmettent avec enthousiasme le plaisir qu’ils ont eu à faire ce voyage, leurs rencontres et leurs aventures sportives.

Pour préparer notre itinéraire journalier, j’utilise ces deux guides ainsi qu’internet. 

Jusqu’à ce jour, nous avons eu une couverture téléphonique très large. Même dans les endroits éloignés d’une ville, on capte un signal qui nous permet d’écrire et de faire des recherches.

Dans mon prochain billet, je parlerai du musée d’art contemporain d’Arendal, de Kristiansand et du phare de Lindenes. 


Cet article, publié dans église, Musées, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.